le 21/10/2013 à 22h50

Baromètre : Ibracadabrantesque, Evra tel est fou...

Zlatan Ibrahimovic a fait le show samedi dernier face à Bastia.
Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, Ibracadabrantesque, les Canaris sur un nuage et le Pjanic récite sa partition sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, Evra tel est fou, Rennes se perd en route et l'OM chute dans le Riviera. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Les valeurs en hausse

Ibracadabrantesque

C'est peut-être Laurent Blanc qui résume le mieux l'impression laissée par le but inscrit par Zlatan Ibrahimovic face à Bastia samedi. «On est tous sûr que ce joueur est capable de marquer des buts comme ça. Le seul problème c'est qu'il continue à en marquer, donc à chaque fois ça surprend», expliquera ainsi l'entraîneur parisien. A l'occasion de la venue des Corses au Parc des Princes, le Suédois a encore inscrit un but dont lui seul a le secret : une talonnade aérienne dos au but aussi géniale qu'inattendue. Un but exceptionnel qui aura complètement assommé des Bastiais, très, trop vite dépassés. Du banc, le magicien Ibrahimovic assistera ensuite à l'autre chef-d'oeuvre de la soirée, le but de Cavani en angle fermé après deux dribbles parfaits. Heureux supporters parisiens.

Les Canaris sur un nuage

Et de quatre ! A Ajaccio samedi, le FC Nantes a signé une quatrième victoire consécutive. Sur le plus petit des scores certes (1-0), mais tellement méritée. Après ce nouveau succès, acquis en fin de match grâce à un but de Bedoya, voilà les Canaris à la quatrième place du classement, à un petit point seulement de Lille, troisième, leur prochain adversaire justement. S'ils continuent sur ce rythme, les Nantais, qui comptent déjà 19 points après 10 journées, devraient rapidement assurer leur maintien et revoir leurs objectifs à la hausse. Aux Canaris de ne pas retomber de leur nuage.

Le Pjanic récite sa partition

8 matchs joués, 8 victoires, 22 buts marqués, 1 seul encaissé. L'AS Roma, entraînée depuis cet été par le Français Rudi Garcia, réussit un début de championnat quasi parfait. Vendredi, les Giallorossi passaient un nouveau sérieux test face à Naples. Mais comme l'Inter Milan, corrigé 3-0 il y a deux semaines à San Siro, le Napoli a subi la loi de brillants Romains (0-2), à l'image de l'ancien Lyonnais Miralem Pjanic, auteur des deux buts de son équipe. Relancé par l'ancien technicien lillois, le Bosnien se sent comme un poisson dans l'eau au sein de cette Roma et livre de belles prestations depuis le coup d'envoi de la saison. «Comment je fais pour jouer comme ça ? Moi-même, je n'en sais rien, c'est de l'instinct», s'étonne lui-même le milieu de terrain romain. Avec de tels résultats, Rudi Garcia aura du mal à empêcher ses supporters de rêver de Scudetto.

A part ça ? Après trois défaites et un nul en quatre sorties, les Verts ont repris des couleurs en dominant Lorient dimanche (3-2). Une victoire étriquée mais méritée pour des Stéphanois 7es du classement, à quatre points du podium.

Les valeurs en baisse

Evra tel est fou

On ne parlait que de ça dimanche : l'interview surréaliste de Patrice Evra durant l'émission Téléfoot. Une interview durant laquelle le latéral gauche de l'équipe de France s'en est pris à quatre journalistes ou consultants : Lizarazu, Fernandez, Ménès et Courbis. Presque tous rebaptisés comme dans une cour d'école. Pourquoi ? Parce que ceux-ci ont osé dire que Patrice Evra, le meilleur arrière gauche de tous les temps, n'avait pas sa place en sélection. Et parce que ceux-ci mentent à la France ! Oui, car le formidable Patrice Evra n'est sifflé dans aucun stade et le génial Patrice Evra est le joueur préféré des Français. Seules ces quatre personnes, ces «clochards», critiquent le grand Patrice Evra. Heureusement, Didier Deschamps ne le sélectionnera plus. Bah oui, tout joueur ne respectant pas la charte de bonne conduite sera exclu, clamait haut et fort le sélectionneur lors de sa prise de fonctions. Ah non, pardon ? «C'est juste un problème de personnes.» Ah bon... Tout va bien dans ce cas. Allez les Bleus. Et allez Pierre, huit jongles, tu peux le faire. Vite s'il te plaît...

Rennes se perd en route

«On cherche notre second souffle», indiquait Philippe Montanier avant la rencontre. Force est de constater que le Stade Rennais ne l'a pas trouvé face à Valenciennes. Alors qu'il menait 2-0 à l'heure de jeu après un doublé de Kadir, le club breton a fini par se faire rejoindre au score (2-2), et récolter les sifflets nourris de la Route de Lorient. Celle-ci n'apprécie que très peu de voir son équipe, qui n'a pris que deux points lors des quatre dernières journées, traîner ainsi en route. Après dix journées, Rennes pointe déjà à sept longueurs du podium. Cette saison encore, les Bretons donnent l'impression d'être partis pour s'enliser dans le ventre mou du classement...

L'OM chute dans le Riviera

Et de trois. Si Elie Baup niait toute crise à l'Olympique de Marseille avant cette 10e journée de Ligue 1, son équipe n'est toutefois pas venue le rassurer ni venue rassurer les supporters à Nice vendredi. Tombés sur un David Ospina des grands soirs et un Dario Cvitanich toujours aussi réaliste, les Phocéens ont chuté à l'Allianz Riviera (0-1). Les Olympiens restent maintenant sur trois défaites consécutives toutes compétitions confondues. Les Marseillais tenteront de relever la tête mardi en Ligue des Champions face à Naples. Pas vraiment le meilleur adversaire pour espérer se changer les idées...

A part ça ? Alors qu'il menait 2-0 après seulement dix minutes de jeu, Monaco a fini par se faire rejoindre à Sochaux dimanche (2-2). Une contre-performance qui a fait perdre à l'ASM son fauteuil de leader. Si Claudio Ranieri affirme ne pas être inquiet, les Monégasques devront vite effacer cette impression désagréable laissée à Bonal.

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !

Par Pierre-Damien Lacourte, le 21/10/2013 à 22h50