le 28/10/2013 à 22h57

Baromètre : Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré, un OM à la mer...

Décidément, ce PSG est très difficile à battre...
Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré, les Dogues gardent la maison et Montanier reprend les Rennes sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, un OM à la mer, Ravanelli déjà en bout de Corse et VA douché coulé. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Les valeurs en hausse

Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré

Quatre jours après sa promenade de santé sur le terrain d'Anderlecht en Ligue des Champions (5-0), avec au passage un nouveau festival de Zlatan Ibrahimovic, le Paris Saint-Germain n'a pas connu la même réussite à Saint-Etienne. Mais bien que menés 2-0 par des Verts brillants, les Parisiens, longtemps chahutés, sont parvenus à arracher le nul dans le Chaudron (2-2). Voilà maintenant 30 matchs toutes compétitions confondues que le PSG n'a plus connu la défaite. La série a bien failli s'arrêter à 29. Mais visiblement, ce Paris ne capitule jamais.

Les Dogues gardent la maison

Avec le remplacement de Rudi Garcia par René Girard, et les départs de joueurs comme Aurélien Chedjou, Lucas Digne et Dimitri Payet, on ne s'attendait pas à voir le LOSC à pareille fête en ce début de saison. Le club nordiste, encore vainqueur à Nantes 1-0 vendredi dernier, reste confortablement installé sur le podium. Les Lillois, qui restent sur trois victoires consécutives, n'ont plus perdu depuis le 15 septembre dernier, jour où ils encaissaient leurs deux derniers buts. Depuis cette défaite face à Nice (0-2), Vincent Enyeama n'est plus allé rechercher le ballon au fond de ses filets. Six matchs sans encaisser le moindre but. On en saura plus sur le réel niveau de cette équipe dimanche avec la réception de Monaco. En attendant, soyez sûrs que les Dogues gardent bien la maison.

Montanier reprend les Rennes

Après un décevant match nul contre Valenciennes 2-2, Philippe Montanier n'avait pas cherché à cacher sa colère, allant même jusqu'à parler de «honte» pour qualifier la prestation de son équipe. Résultat, l'entraîneur du club breton a musclé son discours toute la semaine à l'entraînement. Bougés, ses joueurs ont répondu présent à Toulouse samedi dernier en étrillant les Violets 5-0. Certes, la réussite était de leur côté, mais les Rouge et Noir ont prouvé au Stadium qu'ils valaient sans doute mieux qu'une place dans le ventre mou du classement. Montanier en a toujours été persuadé. Aux Rennais de confirmer à présent.

A part ça ? Chelsea a réalisé une très bonne opération ce week-end à l'occasion de la 9e journée de Premier League en dominant Manchester City 2-1. 2es du classement, les Blues continuent de s'accrocher au leader Arsenal, à deux points devant, et possèdent surtout désormais 4 points d'avance sur les Citizens, 7es. Un joli coup du Mou et de ses hommes.

Les valeurs en baisse

Un OM à la mer

Les matchs se suivent et se ressemblent pour l'Olympique de Marseille. Battus par Naples en Ligue des Champions (1-2), les Phocéens ont conclu leur semaine par une nouvelle défaite : toujours au Vélodrome, contre Reims en championnat cette fois (2-3). Pratiquement éliminés de la C1, largués en championnat après trois défaites de suite, série en cours, les Olympiens pointent désormais à six longueurs du podium. S'il a reçu le soutien de Vincent Labrune, de José Anigo et d'une partie de ses joueurs ces derniers jours, Elie Baup a tout de même du souci à se faire. D'autant que le calendrier, avec notamment deux déplacements à venir à Rennes et Naples, n'est pas fait pour améliorer sa situation...

Ravanelli déjà en bout de Corse

Battu 2-1 à Guingamp samedi, l'AC Ajaccio, 18e du classement avec 7 petits points au compteur, occupe désormais une position de relégable. Avec un seul match gagné après 11 journées, Fabrizio Ravanelli pourrait bien être le troisième entraîneur de Ligue 1, après le Sochalien Eric Hély et le Valenciennois Daniel Sanchez, à céder son poste d'entraîneur. Avant cette rencontre, le président du club corse Alain Orsoni avait donné deux matchs au technicien italien pour redresser la barre. Il ne lui en reste désormais plus qu'un : contre Valenciennes. Si l'ACA échoue samedi face à la lanterne rouge du championnat, Ravanelli sera très certainement prié de faire ses valises...

VA douché coulé

Pour sa première sur le banc de touche, Ariel Jacobs avait vu son équipe allait prendre un bon point sur la pelouse de Rennes après avoir été menée 2-0 (2-2). Mais dès son deuxième match, le nouvel entraîneur de Valenciennes a pris un peu plus conscience de l'ampleur de la tâche qui l'attend. Battus 1-0 sur leur pelouse par un concurrent direct dans la course au maintien, Evian Thonon Gaillard, les Nordistes, toujours bons derniers du classement, comptent à présent 5 points de retard sur le premier non-relégable, Lorient. Samedi, les Valenciennois se déplaceront à Ajaccio, autre relégable. Malheur au vaincu...

A part ça ? Battu 2-1 à Barcelone ce week-end lors du Clasico, le Real Madrid a laissé passer une belle occasion de marquer les esprits au Camp Nou. Au lieu de ça, les Merengue comptent déjà 6 points de retard sur les Blaugrana au classement maintenant. Et Carlo Ancelotti a perdu une partie de son crédit aux yeux de la presse espagnole...

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !

Par Pierre-Damien Lacourte, le 28/10/2013 à 22h57