le 18/11/2013 à 23h29

Baromètre : même Dieu s'incline devant Ronaldo, Rio ne répond plus...

Cristiano Ronaldo a offert la victoire au Portugal contre la Suède (1-0).
Au sommaire du baromètre Maxifoot de la semaine, même Dieu s'incline devant Ronaldo, la Grèce ne connaît pas la crise et les Ivoiriens avaient vu juste sont les valeurs en hausse. Pour les valeurs en baisse, Rio ne répond plus, Koscielny sans défense et Ribéry jaune. Découvrez les faits marquants de l'actualité.

Les valeurs en hausse

Même Dieu s'incline devant Ronaldo

Carlo Ancelotti affirme ne plus avoir de mots pour qualifier les prestations actuelles de Cristiano Ronaldo. Contre la Suède vendredi, l'attaquant portugais a offert la victoire aux siens lors du match aller des barrages de qualification pour la Coupe du monde d'une jolie tête plongeante en fin de rencontre. Même «Dieu Zlatan Ibrahimovic» a donc dû s'incliner devant CR7, qui aura encore marqué quelques précieux points dans la course au Ballon d'Or. Mais attention, «perdre 1-0, c'est toujours mieux que 2-0», a fait remarquer «Dieu» , bien décidé à se relever à domicile ce mardi.

La Grèce ne connaît pas la crise

Si le pays va mal, le football grec se porte lui plutôt bien. A l'image de sa sélection nationale qui a fait le plus dur lors du match aller des barrages de qualification pour la Coupe du monde en s'imposant 3-1 face à la Roumanie vendredi dernier. Mitroglou, auteur d'un doublé, et Salpingidis ont permis aux Grecs de prendre un sérieux avantage sur les Roumains avant le match retour ce mardi. En Islande, la Croatie n'a elle pu faire mieux que 0-0. S'ils n'ont pas compromis leurs chances de qualification pour le Mondial, les Croates ne sont tout de même pas à l'abri d'une mauvaise surprise.

Les Ivoiriens avaient vu juste

Forte de son avantage acquis à l'aller (3-1), la Côte d'Ivoire était persuadée de se qualifier pour la Coupe du monde, à l'image de Salomon Kalou, qui en venait même à agacer ses coéquipiers lillois Pape Souaré et Idrissa Gueye. En accrochant le Sénégal lors du match retour (1-1), les Ivoiriens avaient donc vu juste. Ils verront le Brésil l'année prochaine, tout comme le Cameroun et le Nigeria, qui ont respectivement éliminé la Tunisie et l'Ethiopie. L'Egypte et le Ghana d'un côté, et l'Algérie et le Burkina Faso de l'autre, se disputeront les deux derniers billets qualificatifs pour le Mondial ce mardi.

A part ça ? Les barrages n'auront rien eu de compliqué pour l'Uruguay. Vainqueur du match aller 5-0 en Jordanie, la Celeste n'a plus qu'à valider son billet pour le Mondial lors du match retour le 20 novembre. Une simple formalité pour les Uruguayens, demi-finalistes de la dernière Coupe du monde en Afrique du Sud.

Les valeurs en baisse

Rio ne répond plus

Et une déception de plus... Battus 2-0 en Ukraine vendredi dernier, sans même rien montrer, les Bleus sont bien mal barrés avant le match retour ce mardi. A Kiev, le Brésil s'est considérablement éloigné pour les hommes de Didier Deschamps. En grande difficulté derrière, jamais, ou presque, dangereux devant, archi-dominés dans les duels, les Tricolores sont passés à côté de ce premier rendez-vous. Peut-on encore les croire capables de tout inverser au Stade de France ? On a envie de dire oui, parce qu'on a tant envie de voir l'équipe de France à la Coupe du monde. Mais sans grande conviction...

Koscielny sans défense

Il n'est pas le seul à avoir sombré à Kiev, c'est évident. Mais en plus d'avoir provoqué un penalty, transformé par Iarmolenko, qui a permis à l'Ukraine de mener 2-0, et peut-être, malheureusement pour nous, d'avoir fait le plus dur avant le match retour ce mardi, Laurent Koscielny a handicapé encore un peu plus l'équipe de France en étant exclu dans le temps additionnel pour un vilain geste sur Koutcher. Sans le défenseur d'Arsenal, les Tricolores tenteront d'afficher un tout autre visage au Stade de France.

Ribéry jaune

Il est aujourd'hui la seule star de notre équipe de France, citée parmi les favoris pour le prochain Ballon d'Or. Mais à Kiev, Franck Ribéry n'aura pas été le leader des Bleus qu'on pouvait attendre. Souvent serré de près par plusieurs adversaires, le milieu de terrain du Bayern Munich ne sera jamais parvenu à créer l'étincelle. Ce mardi, il lui faudra être bien plus inspiré pour bousculer cette défense ukrainienne. Et qualifier les Tricolores pour le Mondial. Et aussi rester dans la course au Ballon d'Or... Car on imagine mal les votants préférer un joueur qui ne disputera pas la Coupe du monde à Messi ou Ronaldo, même si son année fut fantastique en club.

A part ça ? Préféré à Mathieu Valbuena au poste de meneur de jeu, Samir Nasri aura lui aussi profondément déçu en Ukraine. Passé à côté de son match, le joueur de Manchester City s'est encore attiré de nombreuses critiques. Didier Deschamps lui accordera-t-il encore une chance mardi ?

A la semaine prochaine pour le nouveau baromètre !

Par Pierre-Damien Lacourte, le 18/11/2013 à 23h29