le 07/03/2014 à 18h02

36 de Maxifoot - Benjamin Moukandjo (Nancy) : "Jacques Rousselot, c'est mon père il paraît..."

Jacques Rousselot serait donc le père de Benjamin Moukandjo.
Après nous avoir fait partager sa passion pour le ballon rond, Benjamin Moukandjo a accepté de nous ouvrir les portes de sa vie privée. Avec beaucoup d'humour et de franchise, l'attaquant de l'AS Nancy Lorraine n'a pas hésité à nous faire partager son intimité au cours de la seconde partie de l'entretien.

Régulièrement, retrouvez sur Maxifoot des interviews surprenantes et décapantes des principaux acteurs du foot où vous apprendrez tout sur leur vie hors des pelouses du championnat. Les interviews que l'on appelle les «36 de Maxifoot» sont découpées en deux parties : côté terrain (diffusée hier), et côté vie privée (aujourd'hui).

Formé au Cameroun, Benjamin Moukandjo rejoint le Stade Rennais en 2007. Un an plus tard, il est prêté à l'Entente Sannois Saint-Gratien, qui évolue alors en National. En 2009, cet attaquant vif et rapide est transféré à Nîmes, en Ligue 2, où il explose. Ses performances avec les Crocodiles l'amènent à rejoindre l'AS Monaco en janvier 2011. Mais le club de la Principauté étant relégué en Ligue 2 six mois plus tard, Benjamin Moukandjo file alors à Nancy. L'international camerounais (13 sélections, 2 buts), âgé de 25 ans, se bat aujourd'hui pour retrouver l'élite avec l'ASNL, avant de disputer cet été la Coupe du monde au Brésil avec les Lions Indomptables.

Qu'est-ce que tu fais en général après un match ?

Je rentre à la maison. Avec les amis présents au match, on débriefe. Avec ma femme aussi, on voit ce qui a été, ce qui n'a pas été. On refait le match en quelque sorte.

Hormis le football, tu as une passion dans la vie ?

Oui, toujours dans le sport, j'aime beaucoup le tennis. C'est un sport que j'aime bien aussi, je m'y intéresse pas mal.

FIFA, poker ou golf ?

Moi je suis plutôt jeux vidéo, mais pas FIFA, je n'y joue pas. Je joue à des jeux de tennis et à PES aussi.

Twitter ou Facebook ?

Les réseaux sociaux ne m'intéressent pas. J'ai eu un compte Facebook il y a quelques années, mais je n'ai plus rien aujourd'hui.

Tu regardes quoi à la télévision ?

Je regarde le journal de 20h tous les jours. Ça va peut-être étonner les gens, mais c'est vrai. Je suis l'actualité, j'ai envie et besoin de me mettre à la page de ce qui se passe dans le monde. Après je regarde aussi beaucoup de foot bien entendu.

Quel est ton film culte ?

C'est un film que ma femme m'a fait découvrir, «A la recherche du bonheur», avec Will Smith. C'est une histoire extraordinaire. A la sortie du film, je me sentais vraiment concerné, comme si j'avais été un acteur du film. Aujourd'hui, j'ai acheté le DVD.

Quel est ton petit pêché mignon en nourriture ?

Je n'en ai pas. Je ne suis pas trop gastronomique. (rires) D'ailleurs, on m'a longtemps dit : «Tu ne manges pas assez», etc.

Tu es superstitieux ?

Ça dépend... (rires) En fait, quand je trouve un petit truc qui a l'air de fonctionner, je le garde ou je le répète. Jusqu'à ce que ça ne marche plus. (rires)

Quelle est la plus grosse bêtise que tu ais faite étant gamin ?

Je ne m'en souviens pas... (rires) Non, mais franchement j'étais un enfant sage. J'ai bien fait des petites bêtises, mais rien de bien méchant, je n'étais pas turbulent.

Si tu n'avais pas été footballeur, quel métier aurais-tu exercé ?

Comme mes parents étaient très stricts, je pense que j'aurais continué mes études et j'aurais certainement été amené à faire du droit, donc peut-être avocat.

Quelle est la personnalité la plus connue de ton répertoire téléphonique ?

Le président de Nancy, Jacques Rousselot. (rires) On s'appelle de temps en temps, c'est un président proche de ses joueurs. Et puis c'est quelqu'un que j'apprécie vraiment beaucoup. A ce qu'il paraît, c'est mon père ! (rires) Plus sérieusement, il a beaucoup compté pour moi. Il a toujours été gentil avec moi et m'a soutenu dans les moments difficiles. C'est une personne que je porte vraiment dans mon coeur, et je me souviendrai toute ma vie de ce qu'il a fait pour moi.

Quelle est l'insulte qui t'échappe le plus souvent ?

Comme beaucoup de monde, «putain» . Et pas que sur un terrain... Ce n'est pas un bon exemple pour les enfants, mais parfois ça sort trop vite, et alors on dit : «Oups, pardon.» (rires)

Avec ton premier gros chèque, tu t'es acheté quoi ?

Quand j'ai signé mon premier contrat professionnel, j'ai surtout fait plaisir à mes proches, aux personnes qui m'entourent, comme mes parents par exemple, avec des petits cadeaux, des choses comme ça.

La plus belle femme du monde ?

C'est ma femme ! (rires) Oui, je sais, tout le monde dit ça, mais moi c'est vrai. (rires) Si le physique compte forcément, il n'y a pas que ça. La beauté intérieure est importante aussi, et c'est elle que je connais le mieux.

Quel est le joueur qui attire le plus les filles à Nancy ?

Pas Jeff Louis, ça c'est sûr ! (rires) Je ne vais pas dire moi, parce que sinon ma femme va me tuer en voyant ça. Je ne sais pas, je réfléchis... C'est difficile, parce que si tu poses la question aux autres joueurs de l'équipe, ils vont forcément te dire que c'est moi, c'est sûr ! (rires) Bon allez, je vais dire le petit Nardi. Paul Nardi, notre gardien.

Qui s'habille le plus mal chez vous ?

Vincent Muratori ! (rires) Non, je ne lui en veux pas, mais c'est vrai, il ne sait pas s'habiller. Et encore il a évolué, il fait des efforts, avant c'était pire... (rires)

Qui a la plus grosse voiture à Nancy ?

La plus grosse, c'est Damien Grégorini. Il a un Porsche Cayenne, c'est gros ça, non ? Mais la plus belle, c'est moi ! (rires) Non, la plus belle, c'est celle de Lossemy Karaboué, il a un Range Rover Evoque.

Tu te vois comment dans une dizaine d'années ?

Je t'avoue que je n'ai pas encore réfléchi à la question. Mais ce qui est sûr, c'est que j'aimerais continuer dans le foot. Le foot m'a tout donné et continue de tout me donner. C'est ma passion, et j'ai la chance de vivre de ma passion. Je remercie Dieu. Et comme je ne sais faire que ça, on ne va pas se mentir, je me vois bien rester dans le milieu du foot. Manager, entraîneur ou alors agent, pourquoi pas !

Si vous avez raté la première partie du 36 de Maxifoot «côté terrain», cliquez ici.

Par Pierre-Damien Lacourte, le 07/03/2014 à 18h02