le 19/10/2014 à 12h12

Le Maroc prêt à renoncer à accueillir la CAN, l'Afrique du Sud refuse de le remplacer...

Qui veut de la Coupe d'Afrique des Nations ?
Le virus Ebola a déjà fait 4 500 morts, principalement en Afrique de l'Ouest. Craignant une propagation sur ses terres, le Maroc pourrait renoncer à accueillir la Coupe d'Afrique des Nations en janvier prochain. Pressenti pour prendre le relais le cas échéant, l'Afrique du Sud a refusé l'idée...

La Coupe d'Afrique des Nations 2015 initialement programmée du 17 janvier au 8 février prochains, va-t-elle vraiment se tenir et si oui, dans quel pays ? Craignant une propagation sur ses terres de l'épidémie du virus Ebola, le Maroc est en effet prête à renoncer à son organisation !

L'Afrique du Sud refuse

Le pays hôte a demandé un report de la compétition mais a toutefois précisé vendredi qu'il n'avait pas encore pris de décision définitive. L'heure approchant, la Confédération africaine étudie d'ores et déjà la possibilité de relocaliser la CAN. L'Afrique du Sud, le Ghana voire le Soudan et l'Egypte sont les quatre solutions privilégiées en cas de retrait du Maroc.

Les Sud-africains ont d'ores et déjà décliné. «La CAN 2015 ne se tiendra pas ici. Cette possibilité n'existe pas» , a prévenu le président de la Fédération sud-africaine, Danny Jordaan. Après avoir déjà suppléé la Libye en 2013, l'AFS n'est donc pas disposée à jouer les roues de secours une seconde fois d'affilée.

Réunion prévue le 2 novembre

Après avoir prévenu que la compétition se jouera quoi qu'il arrive, la CAF a prévu une réunion le 2 novembre prochain à Alger pour avancer sur le sujet et doit rencontrer les dirigeants du football marocain le lendemain. L'instance africaine parviendra-t-elle à convaincre le pays du Maghreb de faire fi de ses craintes au sujet du virus Ebola qui a déjà fait 4 500 morts, dont une grande partie en Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Nigéria et Sierra Leone) ?

Pour rappel, ce virus se transmet notamment par le biais des fluides corporels, à commencer par la sueur, mais aussi la salive ou le sang. Une compétition sportive est donc propice à sa propagation, sur le terrain comme en tribunes. Un dépistage des joueurs pourrait ainsi être mis en place avant le début de la compétition et les flux de supporters contrôlés, même si les matchs de la CAN accueillent généralement essentiellement des spectateurs du pays hôte. Le Maroc étant relativement protégé par la barrière naturelle que constitue le Sahara, il est de plus peu probable que les Africains de l'Ouest s'y déplacent en masse...

Le Maroc a-t-il raison de craindre une propagation du virus Ebola ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l'espace «Publiez un commentaire» ...

Par Nicolas Lagavardan, le 19/10/2014 à 12h12