le 09/02/2015 à 11h48

CAN : la belle histoire de Copa Barry, souffre-douleur devenu héros

Copa Barry stoppe le tir au but du gardien ghanéen
Boubakar Copa Barry n'avait jamais fait l'unanimité. Au contraire, le gardien ivoirien cristallisait les critiques et les moqueries. Malgré cela, il est devenu le héros de tout un pays dimanche soir en offrant la CAN aux Eléphants...

La finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2015 entre la Côte d'Ivoire et le Ghana (0-0, 9 tab 8) n'a pas offert un grand match, mais son épilogue a été épique et étouffant de suspense. Comme souvent en pareille circonstance, un homme est devenu le héros de tout un pays : Boubakar Copa Barry.

l'incroyable revanche de Copa Barry

Ironie du sort, la carrière internationale du gardien de but ivoirien avait jusque là été jalonnée par les critiques et les moqueries. «J'ai été critiqué, mais je suis capable de progresser. Je ne suis pas grand par le talent, ni par la taille, mais j'ai envie de progresser, j'ai travaillé pour l'équipe» , a répondu le portier de 35 ans au micro de Canal+.

«Ma maman souffrait. Merci à elle, merci à tous les Ivoiriens. Le foot m'a permis de voyager, il n'y a pas de place pour tout le monde ; mais il y a la place pour le travail. Dieu m'a récompensé» , a ajouté Copa Barry en larmes. Pour la petite histoire, Barry ne devait même pas jouer ce match. Hervé Renard a été contraint de le titulariser à la suite du forfait de Sylvain Gbohouo, touché la veille à l'entraînement.

Au bout du suspense, c'est finalement lui qui a marqué le tir victorieux, juste après avoir repoussé la tentative de son confrère ghanéen. Le gardien des Eléphants a terminé sur les rotules, atteint de crampes en pleine séance des tirs au but. «Il a eu des moments difficiles, surtout au pays où il a été très critiqué. Aujourd'hui il nous donne le trophée, c'est un exemple de solidarité» , a félicité le capitaine Yaya Touré. Copa Barry va désormais pouvoir prendre sa retraite internationale l'esprit tranquille...

Que vous inspire le destin de Copa Barry ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l'espace «Publiez un commentaire» ...

Par Nicolas Lagavardan, le 09/02/2015 à 11h48