le 09/07/2016 à 20h19

Portugal : Ronaldo et les 5 autres joueurs à surveiller pour les Bleus

Joao Mario, Ronaldo, Nani... Trois des dangers portugais.
Le Portugal, ce n'est pas seulement Cristiano Ronaldo. Si le Madrilène est évidemment la grande star de son équipe, la sélection portugaise comporte aussi d'autres joueurs dangereux. Petit tour d'horizon avant la finale de l'Euro dimanche.

Sans lui, le Portugal aurait quitté la compétition dès la phase de poules. Auteur de 3 buts depuis le début de cet Euro, Cristiano Ronaldo (31 ans, 132 sélections, 61 buts) a sauvé les siens contre la Hongrie le 22 juin dernier (3-3), permettant à son équipe de prendre un précieux point synonyme de 3e place du groupe F et d'accès aux 8es de finale. En demi-finale, CR7 aura aussi été le grand artisan de la victoire des siens face au Pays de Galles (2-0). Mais Ronaldo ne sera pas le seul joueur à surveiller pour les Bleus dimanche en finale de l'Euro. D'autres Portugais représentent aussi un vrai danger.

Nani (29 ans, 102 sélections, 21 buts)

A l'image de Ronaldo, Nani (29 ans) ne brille pas par sa régularité depuis le début de l'Euro. Mais le nouveau joueur du FC Valence sait être décisif avec 3 buts inscrits jusqu'ici. S'il donne parfois l'impression d'être absent des débats, l'ancien joueur de Manchester United jaillit de sa boîte lorsqu'on ne l'attend pas. En demi-finale, trois minutes après l'ouverture du score de Ronaldo, il tend le pied sur une frappe manquée de son capitaine pour surprendre tout le monde et inscrire le deuxième but des siens. Le Pays de Galles ne s'en est pas relevé. Même si la défense tricolore est largement en capacité de le contenir, gare à lui tout de même.

Ricardo Quaresma (32 ans, 56 sélections, 8 buts)

A 32 ans, on ne le présente plus. Joueur fantasque, Ricardo Quaresma est pétri de talent, même si ses frasques l'ont empêché d'avoir une carrière à la hauteur de son talent. Utilisé dans un rôle de supersub par Fernando Santos, le joueur de Besiktas s'est montré décisif en inscrivant le but de la qualification des siens en 8e de finale contre la Croatie. Si la finale n'est pas pliée et qu'il entre en jeu en fin de rencontre, les défenseurs tricolores devront l'avoir à l'oeil.

Renato Sanches (18 ans, 10 sélections, 1 but)

C'est la grande révélation de cet Euro 2016. Entré en début de seconde période contre la Croatie en 8e de finale, le jeune Renato Sanches a tellement montré immédiatement d'envie, de punch, de puissance et d'impact offensif qu'il n'a plus quitté l'équipe de Fernando Santos depuis. A l'origine du but de Quaresma face aux Croates, buteur lui-même face à la Pologne en quart de finale, avant d'envoyer son tir au but dans la lucarne, sans trembler, en demi-finale, le nouveau joueur du Bayern Munich a encore montré ses immenses qualités derrière ses deux attaquants. Si Guy Roux doute de son âge, les Français, eux, ne doivent pas douter de son talent.

Joao Mario (23 ans, 17 sélections)

S'il n'a pas dévoilé tout son talent lors de cet Euro, Joao Mario (23 ans) reste néanmoins l'un des hommes de base de Fernando Santos. Vif, rapide, habile balle au pied, le milieu de terrain du Sporting Portugal travaille beaucoup dans son couloir droit mais n'hésite pas à apporter le surnombre offensivement quand il le peut. Mercredi, il était tout proche de marquer contre le Pays de Galles en fin de match. Si on n'a pas vu le meilleur Joao Mario jusqu'ici, il reste néanmoins un joueur talentueux à surveiller de près pour les Bleus. Car sa valeur ne fait aucun doute. Le Paris Saint-Germain et l'Inter Milan, qui se le disputent cet été, le savent bien.

Adrien Silva (27 ans, 12 sélections)

Ce sera l'une des attractions de cette finale. Né à Angoulême et ayant vécu en France jusqu'à l'âge de 12 ans, Adrien Silva (27 ans) aura à coeur de s'illustrer au cours de cette rencontre. Alors qu'il n'avait pas disputé la moindre minute lors de la phase de poules, le joueur du Sporting Portugal est apparu dans le onze de départ de Fernando Santos en 8e de finale et ne l'a plus quitté depuis. Milieu de terrain complet, infatigable, aussi doué en phase défensive qu'offensive, le Franco-portugais rêve d'être le héros portugais de cette finale.

Et vous, craignez-vous des joueurs portugais à part Ronaldo ? N'hésitez pas à réagir dans la rubrique «commentaires» ci-dessous.

Par Pierre-Damien Lacourte, le 09/07/2016 à 20h19