le 10/07/2016 à 16h47

Equipe de France : Evra, une occasion unique d'entrer dans l'histoire... et le coeur des Français

6 ans après Knysna, Patrice Evra peut enfin se faire pardonner.
S'il dispose d'un palmarès long comme le bras en club, Patrice Evra n'a en revanche encore rien gagné avec l'équipe de France malgré ses 79 sélections. A 35 ans, l'occasion se présente enfin pour le latéral gauche des Bleus. L'occasion aussi d'oublier huit années controversées en équipe nationale.

Une Ligue des Champions, un Mondial des clubs, 5 titres de champion d'Angleterre, 2 titres de champion d'Italie, 3 Coupes de la Ligue anglaise, 2 Coupes d'Italie, etc., etc. Le palmarès de Patrice Evra en club fait des envieux. En revanche, celui-ci est toujours vierge en équipe nationale malgré 79 sélections au compteur et une aventure en équipe nationale débutée en août 2004.

A 35 ans, le latéral gauche de la Juventus Turin voit se présenter avec cette finale de l'Euro l'unique chance de sa carrière de gagner un titre pour son pays. Mais pas seulement. C'est aussi l'occasion pour lui de mettre un terme à huit dernières années controversées en sélection.

En 2013, il dégoupille sur TF1

Car Evra symbolise jusqu'ici l'échec de l'équipe de France post-génération 1998-2000. Echec sportif d'abord, puisqu'après avoir raté l'Euro 2004 et la Coupe du monde 2006, il prend part à l'Euro 2008, au cours duquel il s'incline avec les Bleus contre les Pays-Bas (1-4) et l'Italie (0-2), rentrant ainsi très vite à la maison. Mais deux ans plus tard, l'échec n'est pas seulement sportif. Désigné capitaine de la sélection tricolore, il est le leader d'une équipe qui décide de faire grève à Knysna, préférant jouer au chasseur de taupes plutôt qu'au footballeur en Afrique du Sud. Sa cote de popularité est alors au plus bas. Lilian Thuram demande son exclusion à vie de la sélection. Il s'en tirera finalement avec 5 matchs de suspension.

Lors de l'Euro 2012, Laurent Blanc lui préfère Gaël Clichy. C'est avec Didier Deschamps que l'ancien Monégasque s'imposera enfin définitivement dans le couloir gauche des Bleus. Mais rien n'y fait. Ses bonnes prestations sont perçues comme moyennes et ses sorties ratées lui valent d'être mis plus bas que terre. En octobre 2013, interviewé par Téléfoot, Evra, poussé à bout, dégoupille. Luis Fernandez, Bixente Lizarazu, Pierre Ménès et Rolland Courbis se font copieusement insulter.

Il est devenu "Tonton Pat'"

S'il est soulagé d'avoir vidé son sac, l'international tricolore vient de se griller complètement. Si presque trois années se sont écoulées depuis cette sortie médiatique monumentale, le latéral gauche reste pour beaucoup le maillon faible de l'équipe de Didier Deschamps. Ses performances au cours de cet Euro 2016 sont toujours aussi décevantes. Il a ainsi fallu attendre le quart de finale face à l'Islande pour le voir atteindre péniblement la moyenne (5 sur Maxifoot, après quatre 4 consécutifs...). En revanche, l'image d'Evra a elle changé.

Le Turinois est soudainement apparu plus sympathique en poussant après chaque match ses coéquipiers à être meilleurs pour atteindre l'objectif qu'il s'est fixé et qu'il a fixé à ses jeunes partenaires : remporter cet Euro. A 35 ans, "Tonton Pat'" , cadre de Deschamps et leader du vestiaire tricolore, possède une occasion unique d'entrer dans l'histoire comme dans le coeur des Français. Même si certains lui en voudront toujours. Mais qui aurait parié là-dessus il y a six ans ?

Que pensez-vous du cas Evra ? Avez-vous changé d'avis le concernant au cours de cet Euro ? N'hésitez pas à réagir dans la rubrique «commentaires» ci-dessous.

Par Pierre-Damien Lacourte, le 10/07/2016 à 16h47