le 27/04/2017 à 09h12

Coupe de France : Verratti tacle le choix de Jardim, Monaco se justifie...

Verratti n'a pas aimé le turnover de Jardim
Pour la demi-finale de Coupe de France face au Paris Saint-Germain, l'AS Monaco a aligné une équipe totalement remaniée, sans aucun de ses titulaires habituels, et s'est logiquement inclinée (5-0) mercredi soir. Marco Verratti n'a pas compris cette décision du club de la Principauté, qui a justifié son choix.

Lorsque le tirage au sort des demi-finales de la Coupe de France avait associé le Paris Saint-Germain à l'AS Monaco, nombreux étaient ceux à se frotter les mains en pensant au beau spectacle que pouvait offrir cette affiche. Mais dimanche, déjà, Vadim Vasilyev en avait refroidi certains en faisant bien comprendre que cette compétition n'était pas du tout la priorité de l'ASM, en course pour le titre en L1 et qualifiée en demi-finales de la Ligue des Champions. Et ce n'était pas du bluff.

Mercredi soir, sur la pelouse du Parc des Princes, c'est l'équipe réserve du club de la Principauté qui s'est frottée à l'armada parisienne. Seuls Valère Germain et Andrea Raggi étaient les visages les plus connus à démarrer la rencontre alors que de nombreux titulaires habituels étaient restés à la maison, dont les deux attaquants Radamel Falcao et Kylian Mbappé. Forcément, le spectacle n'a pas vraiment été à la hauteur de l'évènement et Paris a roulé sur son adversaire en s'imposant 5-0.

M. Verratti - «c'est exagéré»

Mais le choix de Monaco n'a pas été très apprécié par Marco Verratti (24 ans), qui estime que le club du Rocher n'a «pas été très respectueux» . «Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de disputer une demi-finale, le parcours est très compliqué pour en arriver là. Si j'étais un joueur de Monaco, je serais énervé. C'est bien de faire tourner un peu, mais là c'est exagéré» , a lancé le milieu du PSG en zone mixte. Si les joueurs de l'ASM seront peut-être déçus de ne pas avoir joué le coup à fond pour conserver une chance de remporter un trophée, leur entraîneur avait-il vraiment le choix ?

«On ne pouvait pas faire autrement, on assume. C'était un choix du club pris avec le coach, avec le département médical car nos joueurs sont surchargés. On avait des risques de blessure» , a assuré Vadim Vasilyev dans des propos rapportés par RMC. «Nous avons respecté la Coupe de France, nous avons joué jusqu'au moment où cela était possible» , poursuit-il.

Monaco a 15 cadres

Le vice-président monégasque tient aussi à rappeler que Monaco n'a pas la même profondeur d'effectif que le PSG. «Quand tu fais le pari d'avoir 25-26 joueurs top niveau, tu peux jouer toutes les compétitions. Tu changes ton onze, tu peux faire entrer un autre onze. Quand tu as un projet comme le nôtre, avec un groupe de 15 cadres et après des jeunes qui arrivent avec les blessures que nous avons maintenant, tu ne peux pas faire un autre choix» , a-t-il expliqué.

Rappelons que Monaco disputait son 56e match d'une saison encore riche en rendez-vous importants. De plus, l'ASM aurait-elle gagné au Parc avec son équipe type et des joueurs fatigués ? Pas sûr. Pour Jardim, cette claque reçue avec une équipe composée de jeunes n'aura finalement aucune conséquence sur le moral des troupes. «Le résultat est secondaire ce soir» , a-t-il d'ailleurs précisé après la rencontre. Finalement, le Portugais a préservé ses titulaires habituels physiquement et psychologiquement pour la fin de saison. Il en récoltera peut-être les fruits au cours des prochaines semaines.

Comprenez-vous le choix de Jardim ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 27/04/2017 à 09h12