le 25/05/2017 à 22h58

Les 7 infos à savoir sur Troyes-Lorient (2-1) : inoxydable Nivet, Troyes peut y croire, Moukandjo l'a mauvaise...

La joie de Darbion sur l'ouverture du score de Troyes.
Nivet est incroyable, Troyes peut le faire, Lorient limite quand même la casse, les Merlus pas frais avant la pause, la grosse frustration de Moukandjo... Découvrez les faits marquants du match aller des barrages pour une place en Ligue 1 entre Troyes et Lorient (2-1).

Vingt-quatre ans après, les barrages entre le 18e de Ligue 1 et le 3e de Ligue 2 ont fait leur retour. Ce jeudi, c'est Troyes, dont le rêve est de retrouver l'élite un an seulement après la descente, qui a pris le dessus sur Lorient (2-1) à l'issue d'un match aller qui s'est emballé sur la fin. Mais rien n'est joué entre les deux équipes, qui se retrouveront dès ce dimanche pour la manche retour.

1. La belle opération de Troyes. Les hommes de Jean-Louis Garcia peuvent rêver d'un retour express en Ligue 1 après leur victoire (2-1). Deux buts signés Darbion (37e) puis Nivet (90e+1) en toute fin de match contre une réalisation de Waris (82e) qui permettent aux Aubois d'aborder la manche retour avec confiance. Mais attention au relâchement durant ces trois jours.

2. Les «papys» font de la résistance. Darbion n'a que 33 ans, mais l'ancien Nantais fait partie des plus expérimentés de son équipe, tout comme Nivet, le capitaine de 40 ans. Les deux joueurs ont livré un bon match en réalisant les gestes justes pour rassurer leurs partenaires. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard s'ils sont les deux buteurs de la soirée pour leur club !

3. Lorient limite la casse. Certes, le scénario est cruel pour les Bretons, mais cela aurait pu être pire. Sans solution pendant 80 minutes, les visiteurs ont profité d'une petite erreur de la défense adverse pour inscrire ce but précieux à l'extérieur. La réalisation de Nivet en toute fin de match fait mal mais devant son public, Lorient a largement les moyens de l'emporter et d'assurer sa place dans l'élite.

4. La première période indigne des Merlus. Favori annoncé de cette confrontation, Lorient a complètement raté sa première période. Les 45 premières minutes ont frisé la nullité côté breton puisque les partenaires de Jimmy Cabot n'ont tout simplement pas frappé une seule fois au but avant la pause.

5. Moukandjo l'a mauvaise. Battu sur le fil, Lorient peut regretter la fin de match. Passeur décisif pour Waris, Moukandjo n'a pu contenir sa colère à l'issue de la rencontre. «C'est un truc de malade. Il va falloir se remettre la tête à l'endroit. Y a une finale à jouer dimanche. Il faut que l'on accepte nos erreurs, qu'on se remette en question, que l'on accepte la critique sinon on ne va pas valider notre ticket pour la Ligue 1. On fait des erreurs d'inattention, c'est à l'image de notre saison.»

6. Sidibé derrière l'ESTAC. Né et formé à Troyes, Djibril Sidibé était présent pour ce match couperet afin d'encourager son ancien club. Il faut croire que le champion de France a porté bonheur à l'ESTAC qui a fait un tout petit pas vers la montée. Petit, mais important !

7. Une affluence décevante. Pour le match le plus important de la saison à Troyes, le Stade de l'Aube n'a pas fait le plein, bien au contraire. Malgré la tarification avantageuse pour l'occasion, les supporters de l'ESTAC n'ont pas réussi à garnir l'enceinte. Dommage, malgré le bon résultat.

L'homme du match : Benjamin Nivet (7/10)

Quel joueur, ce Nivet ! Rare satisfaction de la terrible saison de l'ESTAC en Ligue 1 en 2015-2016, le vétéran aubois a encore une fois prouvé qu'il était un joueur sous-estimé. Impliqué sur le premier but, il libère les siens sur une frappe soudaine alors que Lorient dominait la fin du match. Une réalisation salvatrice qui va permettre aux Troyens d'aborder la manche retour avec le plein de confiance !

La note du match : 4,5/10

Une chose est sûre, il fallait être costaud pour suivre la première période, illuminée par l'action décisive de Grandsir sur le but de Darbion. Un second acte un peu plus animé avec des Merlus plus frais et une fin de rencontre bien plus plaisante.

Qu'avez-vous pensé de ce barrage aller pour une place en Ligue 1 ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Publiez un commentaire» ...

Nicolas Sarkozy était présent pour cette rencontre

Nivet, 40 ans et toujours ses dents

Waris a égalisé pour les Merlus (82e)

La joie des Troyens après le but de Nivet (90e+1)

Nivet, le héros troyen

Par Youcef Touaitia, le 25/05/2017 à 22h58