le 09/09/2017 à 09h00

Top Déclarations : Tebas ne lâche pas le PSG, Petit découpe Le Graët, Evra aime la merde, NAK en mode attaquant...

Javier Tebas a une dent contre le PSG.
Tebas en veut toujours au PSG, Petit se paie Le Graët, Evra aime la merde à Marseille, Al-Khelaïfi sort les crocs, Aurier se dit victime, Larqué allume Kurzawa... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. Javier Tebas – «Le PSG se moque du système. On les a attrapés en train de faire pipi dans la piscine. Si Neymar est sur le plongeoir, il urine depuis le plongeoir. On ne peut pas l'accepter. Il faut une enquête. Les clauses libératoires de Messi et Ronaldo sont plus élevées, mais si Nasser les veut, il peut ouvrir les vannes de pétrole et les acheter. Est-ce le prix du marché ? Non, c'est le prix du marché du pétrole» (SG Convention, le 06.09.2017)

Décidément, le patron de la Liga ne lâchera pas le PSG après le gros mercato estival du club de la capitale. L'Espagnol, en forme olympique, a d'ailleurs décidé de s'attaquer à Manchester City par la même occasion.

2. Emmanuel Petit, à propos de Noël Le Graët – «Je ne l'aime pas. Chaque rencontre est extrêmement froide, car j'assume ma position : la France est un pays démocratique, mais sa fédération ressemble à une république bananière. C'est un refuge de Bretons et de Lyonnais où règne le copinage. Aujourd'hui, si tu as un bon réseau, tu as fait 80% du chemin vers les responsabilités. Moi, je ne suis pas demandeur, mais on est nombreux à le penser» (JDD, le 03.09.2017)

Avec son franc-parler légendaire, le champion du monde 1998 a taillé en pièces le président de la FFF.

3. Patrice Evra – «Le Evra qui a tout gagné, c'est fini ; maintenant, c'est un Evra qui est attendu au tournant. J'aime ça, ça m'excite. J'ai choisi l'OM car beaucoup de personnes m'ont dit de ne pas venir, à cause de l'ambiance chaude, des gens qui oublient vite… Moi, j'aime où il y a la merde. Je suis comme ça, on ne me changera pas, j'ai besoin de ça. (…) Je bosse comme un fou et je mouille ce maillot. On ne me l'enlèvera pas» (La Provence, le 06.09.2017)

Il faudra qu'Evra nous explique où il y a la «merde» à Marseille...

4. Nasser Al-Khelaïfi – «Pour le fair-play financier, je ne veux pas parler des détails. (...) On est très confiants sur nos dépenses. On n'a rien caché. L'UEFA peut venir dans nos bureaux. Le plus important, c'est le travail pour notre projet en respectant les règlements. Si un club est fâché, ce n'est pas mon problème. Les autres ne m'intéressent pas» (Conférence de presse, le 06.09.2017)

Lors de la présentation de Kylian Mbappé, le président parisien a sorti les crocs. Et le FC Barcelone peut se sentir visé !

5. Serge Aurier – «J'ai eu une affaire avec la police qui a été amplifiée par la presse européenne. Normalement, quand une affaire dure un an ou plus, on tourne la page. Mais dans mon cas, il y a eu trop de tapage. (…) J'ai envie de découvrir une autre vie parce qu'à Paris, je n'ai pas été respecté à ma juste valeur. On s'est attardé sur beaucoup de détails, on a pensé plus à autre chose qu'au footballeur. (…) Il y a des choses plus marquantes dans ma carrière, mais ils ont préféré s'attarder sur ce qui s'est passé en dehors des stades. C'est une décision personnelle» (Site de la CAF, le 06.09.2017)

Désormais à Tottenham, l'Ivoirien va pouvoir oublier tous ses déboires lors de son passage tumultueux à Paris.

6. Jean-Michel Larqué – «Kurzawa, c'est épouvantable ! Il a été nullissime ! Quand vous manquez un centre en vous appliquant, ce n'est pas grave, vous vous êtes appliqué. Lui, il a fait 17 centres, comme si c'était le roi du centre. Il n'en a pas réussi un sur 17» (RMC, le 03.09.2017)

Catastrophique contre le Luxembourg (0-0), le Parisien va devoir régler la mire dans les prochaines semaines.

7. Jérémy Mathieu – «Je ne suis ni le premier ni le dernier joueur à fumer, mais quand les supporters me voient sur le terrain, ils sont contents de moi. C'est le plus important pour moi. Ils peuvent penser ce qu'ils veulent, je m'en fiche. La presse espagnole voulait me 'tuer'. Le plus important pour moi, c'est comment je suis sur le terrain et ma manière de représenter mon club. Sur ce point, personne ne peut me reprocher quoi que ce soit» (Record, le 04.09.2017)

Grand fumeur, le Français a poussé un coup de gueule contre ses détracteurs, très nombreux à Barcelone, où il n'a pas laissé un souvenir impérissable.

8. Pascal Dupraz – «Gradel ? J'ai passé plus de temps avec lui qu'avec ma femme. Tantôt, c'était lui qui me remontait le moral, tantôt, c'était moi. Il y a eu un feeling» (L'Equipe, le 05.09.2017)

Pour attirer des bons joueurs, l'entraîneur toulousain sait s'y prendre !

9. Marco Verratti – «J'ai beaucoup souffert contre Isco. J'ai été surpris par sa performance. Même Messi ne s'est jamais rapproché d'un tel niveau. Quand j'ai vu son petit pont, j'avais presque envie de me lever et de l'applaudir» (Calciomercato, le 02.09.2017)

Humilié par l'Espagnol, le joueur du PSG en a presque perdu son latin...

10. Un ami de Kylian Mbappé – «Quand il était petit, il était complètement fan de Zinedine Zidane. Et il s'en va dire à sa mère : 'J'ai envie d'avoir la même coupe que Zidane, avec le rond» (Site du PSG, le 05.09.2017)

A défaut d'avoir sa calvitie, on souhaite à Mbappé d'avoir une aussi belle carrière que son idole !

C'est sur cette déclaration que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !

Par Youcef Touaitia, le 09/09/2017 à 09h00