le 28/09/2017 à 16h04

Equipe de France : Payet, Fekir, Martial, Sissoko, Kurzawa... Deschamps se justifie et avertit les remplaçants !

Deschamps avait rendez-vous avec la presse ce jeudi
Les retours de Payet et Sissoko, les absences de Fekir et Martial, la présence de Kurzawa... Didier Deschamps a répondu aux cas qui font débat dans sa dernière liste dévoilée ce jeudi. Le sélectionneur de l'équipe de France a aussi prévenu les remplaçants.

Didier Deschamps a dévoilé ce jeudi sa liste pour les deux prochains matchs de l'équipe de France contre la Bulgarie (7 octobre) et la Biélorussie (10 octobre) dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Et comme à chaque liste, plusieurs cas font débat.

Pourquoi Payet plutôt que Fekir ?

C'est sans doute dans le secteur offensif que les choix du sélectionneur font le plus parler. De retour à un bon niveau avec l'OM après un début de saison poussif, Dimitri Payet a poussé dehors Nabil Fekir, pourtant en grande forme avec Lyon depuis le début de l'exercice. Un choix presque logique pour Deschamps qui n'a pas oublié les prestations du Réunionnais sous la tunique bleue.

«Je n'oublie pas ce que "Dim" a fait avec nous. Il sait que la concurrence est forte dans les postes offensifs, mais à partir du moment où il retrouve son niveau, il me semble normal qu'il revienne avec nous» , a-t-il expliqué. Avant d'évoquer sa décision pour Fekir : «Si c'était par rapport à son entrée en jeu contre le Luxembourg, ça veut dire que j'en aurais sanctionné d'autres. Les postes qui sont au minimum doublés, je ne peux pas empiler. Nabil mérite d'y être mais j'ai des choix à faire sur des joueurs de qualité, des profils différents par rapport à ce que je veux faire» . En résumé, les joueurs présents sont meilleurs que le Gone et mieux adaptés au système.

Les remplaçants devront faire mieux

Si ce n'est pas l'entrée neutre de Fekir face au Luxembourg (0-0) qui lui coûte donc sa place, Deschamps tient tout de même à prévenir les habituels remplaçants. «Ça ne concerne pas que Nabil mais quand certains ont 10, 20 ou 30 minutes de temps de jeu, il vaut mieux qu'il soit le plus performant. Ce n'est pas toujours le cas» , a glissé le technicien. Preuve tout de même que le Lyonnais serait peut-être toujours là s'il avait brillé en entrant en jeu.

Alexandre Lacazette devra aussi se méfier. «Il a le potentiel. A lui de se mettre dans les conditions d'être le plus performant possible. Il doit pouvoir passer le cap. C'est difficile ce rôle de remplaçant et de rentrer avec cette détermination très forte, mais on en aura besoin» , a expliqué Deschamps, comme pour dire à ses remplaçants ce qu'il attend d'eux pour rester dans le groupe.

Martial n'a pas convaincu, Sissoko a regagné sa place

Ce manque d'impact de certains remplaçants est visiblement ce qui a aussi coûté sa place à Anthony Martial, toujours pas rappelé malgré ses bonnes prestations avec Manchester United. «Avec nous, Martial n'a pas toujours été performant en entrant en jeu. C'est un joueur sans doute plus performant quand il commence les matchs. Comme c'est probablement le cas pour Alexandre Lacazette» , a expliqué DD. Tant qu'il ne postule pas à une place de titulaire chez les Bleus, le Mancunien devra visiblement patienter.

D'autres choix font débat dans cette liste, comme le retour de Moussa Sissoko, préféré notamment à Tiémoué Bakaoyo. «Sissoko revient parce qu'il enchaîne les matchs, il est plus utilisé. C'est une option supplémentaire. C'est un joueur qui était cadre pendant très longtemps. Je ne l'ai pas pris lors de la dernière sélection car il avait juste un match dans les jambes» , a expliqué Deschamps, qui a aussi laissé entendre que son profil de joueur physique pouvait aider en Bulgarie.

Giroud à Arsenal, «c'est pas l'idéal»

Au passage, le sélectionneur a aussi envoyé un message à Olivier Giroud, remplaçant à Arsenal. «C'est pas l'idéal. Je ne lui enlèverai pas ce qu'il a fait avec nous, même s'il n'a pas marqué sur les trois derniers matchs. C'est un joueur important. Après, je préférerais qu'il joue la quasi totalité des matchs dans un club. Mais il a pris cette décision, c'est son choix. Qui peut avoir des conséquences comme pour tout autre joueur» , a-t-il prévenu.

Kurzawa, une «affaire privée»

Enfin, le cas Layvin Kurzawa était attendu. Victime d'un chantage à la vidéo, le latéral gauche du PSG a bien été appelé, même s'il tient a priori des propos insultants à l'égard de Deschamps dans cette fameuse vidéo. «Je ne vis pas sur des a priori. Je considère que cette affaire est dans le domaine privé, et à ce titre-là j'ai pris la décision de le sélectionner. A partir du moment où je considère que c'est une affaire privée, je prends des décisions et je les assume» , s'est justifié le champion du monde 1998.

La liste des 24 Bleus :

Gardiens : Alphonse Areola (PSG), Steve Mandanda (Marseille), Hugo Lloris (Tottenham).

Défenseurs : Lucas Digne (FC Barcelone), Christophe Jallet (Nice), Presnel Kimpembe (PSG), Laurent Koscielny (Arsenal), Layvin Kurzawa (PSG), Djibril Sidibé (Monaco), Samuel Umtiti (FC Barcelone), Raphaël Varane (Real Madrid).

Milieux : N'Golo Kanté (Chelsea), Blaise Matuidi (Juventus Turin), Adrien Rabiot (PSG), Corentin Tolisso (Bayern Munich), Moussa Sissoko (Tottenham).

Attaquants : Kingsley Coman (Bayern Munich), Olivier Giroud (Arsenal), Antoine Griezmann (Atletico Madrid), Alexandre Lacazette (Arsenal), Thomas Lemar (Monaco), Kylian Mbappé (PSG), Dimitri Payet (Marseille), Florian Thauvin (Marseille).

Que pensez-vous des justifications de Deschamps concernant ses choix ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 28/09/2017 à 16h04