le 19/10/2017 à 11h26

Equipe de France : Aymeric Laporte pousse un coup de gueule et relance la menace de l'Espagne...

Laporte n'a connu que le banc chez les A
Plus appelé en équipe de France depuis sa dernière convocation le 26 mars, Aymeric Laporte s'interroge sur les choix du sélectionneur Didier Deschamps. Et il n'exclut toujours pas d'opter un jour pour la sélection espagnole.

Passé par toutes les sélections de jeunes en équipe de France, Aymeric Laporte n'a toujours pas eu sa chance chez les A. S'il a été convoqué chez les Bleus par Didier Deschamps, la première fois en septembre 2016, il n'a pas disputé la moindre minute et n'a plus été appelé depuis le 26 mars dernier. Forcément, le défenseur central de 23 ans se pose des questions.

A. Laporte - «on dirait que Marseille, c'est supérieur à Bilbao...»

Si son jeune âge pouvait expliquer par le passé la prudence du sélectionneur, le natif d'Agen commence à avoir de la bouteille avec une cinquième saison entamée en Liga. Son club de l'Athletic Bilbao n'est-il pas assez médiatisé ? «Je suis à Bilbao, un club qui n'est peut-être pas assez valorisé en France. Ici, ça n'empêche pas certains joueurs espagnols d'aller en sélection...» , glisse-t-il dans les colonnes de L'Equipe.

«Si j'avais le même niveau dans un autre club, il y aurait plus de chances que je sois en équipe de France» , poursuit-il. Ces derniers mois, Laporte a vu Presnel Kimpembe (PSG) et Kurt Zouma (Stoke) lui passer devant, mais aussi Adil Rami (OM). Sur ce dernier, il s'interroge. «On dirait que Marseille, c'est supérieur à l'Athletic Bilbao. Chacun son avis. Si c'est inférieur, ça n'est pas inférieur de beaucoup» , juge le Français.

Un départ refusé durant l'été

Un départ de Bilbao serait peut-être la meilleure solution pour se montrer plus. Mais il ne l'a pas souhaité cet été malgré un intérêt de Chelsea notamment. «C'était un choix personnel. Quand il y a eu ces intérêts, j'étais blessé. Je ne voulais pas partir sur ces bases-là dans un nouveau club et une nouvelle ville» , confie Laporte, qui estimait que toutes les conditions n'étaient donc pas réunies pour une adaptation parfaite ailleurs. «Les seules choses qui peuvent me manquer ici, ce sont les trophées, et ça, c'est vrai que c'est important» , ajoute-t-il.

L'Espagne, une alternative «possible et intéressante»

En attendant, Laporte doit donc patienter. Sans exclure d'opter un jour pour l'Espagne. «Pour l'instant, c'est comme ça. Je l'ai toujours dit, mon pays, c'est la France. C'est ce que j'ai toujours voulu, mais si on ne fait pas appel à moi, il y a aussi une alternative possible et intéressante. Pour l'instant, ce n'est pas l'objectif» , assure le jeune défenseur. Reste à savoir combien de temps durera sa patience.

Visiblement, il ne compte pas se précipiter alors qu'il sait déjà que ses chances de jouer la Coupe du monde 2018 sont très faibles. «Si je suis franc, je constate qu'il y a parfois eu des blessés, des changements et des opportunités qui se sont ouvertes pour d'autres, mais pas pour moi. J'essaye de le prendre de manière positive, de montrer ce que je vaux» , explique Laporte. En Espagne, les observateurs sont conquis depuis plusieurs années. En France, c'est moins net...

Pensez-vous que Laporte devrait être appelé plus régulièrement par Deschamps ? Pour vous, quelle serait sa place dans la hiérarchie ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 19/10/2017 à 11h26