le 20/10/2017 à 10h21

Europa League : bagarre générale, un père de famille s'en mêle, Fekir accusé de simuler... Cet Everton-OL était chaud bouillant

Ashley Williams a mis le feu aux poudres...
Tendu, le match de Ligue Europa entre Everton et l'Olympique Lyonnais (1-2) a été marqué par une bagarre générale jeudi à l'heure de jeu. Alors que les Gones dénoncent l'attitude des Toffees et les coups reçus, les Anglais accusent Nabil Fekir d'avoir simulé…

C'est une recette vieille comme le foot que le capitaine d'Everton, Ashley Williams, a essayé d'appliquer jeudi en Ligue Europa contre l'Olympique Lyonnais (1-2).

Alors que son équipe courait en vain derrière l'égalisation depuis une heure, le défenseur central des Toffees a tenté de faire sortir les Gones de leur match en chargeant le gardien Anthony Lopes, qui s'était emparé du ballon. Ce geste a mis le feu aux poudres et déclenché un début de bagarre générale à la 63e minute.

Williams s'en tire très bien…

A l'image de Bertrand Traoré et Lucas Tousart, plusieurs Lyonnais sont venus porter secours à leur dernier rempart, le milieu de terrain recevant même un coup de Williams alors qu'un attroupement se formait autour des deux hommes. Comme l'incident avait lieu juste en dessous des tribunes, une poignée de «supporters» des Toffees s'est approchée pour donner des coups aux Lyonnais. Dans la confusion, on a même vu un père de famille, son fils dans les bras, venir pour en découdre…

Tout heureux d'échapper à l'expulsion une fois les protagonistes séparés, Williams s'en est tiré avec un simple avertissement, soit la même sanction que Traoré. Pour enflammer un peu plus le débat sur l'arbitrage de Mr. Bas Nijhuis, le Gallois a égalisé quelques minutes plus tard (69e), mais Traoré a ensuite redonné un avantage définitif à l'OL (75e).

«Jusqu'à l'incident, on avait maîtrisé le match, mais après, on a réveillé Everton et aussi son public. L'incident nous a fait sortir du match et a transcendé Everton», a estimé l'entraineur de l'OL, Bruno Genesio. «Mais heureusement, on a marqué et ça a coupé les jambes d'Everton.» Pas de conséquences donc, mais des souvenirs étranges que les Lyonnais emporteront de Goodison Park.

L. Tousart – «Ça a bien failli tourner à la boxe»

«J'ai essayé de défendre mon coéquipier Antho, ce n'est pas normal qu'il y ait une faute sur lui et qu'on le bouscule après. (…) Un supporter lui met un coup, ce n'est pas normal», a pesté Traoré au micro de beIN Sports. «Ça a bien failli tourner à la boxe. On s'attendait à un vrai match à l'anglaise, à un vrai combat», l'a rejoint son coéquipier Tousart pour OLTV. Avant l'incident, les Rhodaniens avaient effectivement eu droit à des duels très engagés et des contacts souvent limites. Pourtant, le manager des Toffees Ronald Koeman a trouvé le moyen d'accuser Nabil Fekir de simulation !

«Je comprends mes joueurs et que quelque chose se soit passé (sur la bagarre générale, ndlr). Cela vient de la frustration», a expliqué le technicien néerlandais, sur la sellette. «La frustration a commencé à monter en première période. L'arbitre l'a laissée monter, notamment avec Fekir, qui a plongé dix fois en première période.» Cible préférée des Anglais jeudi, le Tricolore a pourtant été sorti dès l'heure de jeu par précaution pour des douleurs au dos déjà ressenties avant la partie. Le 2 novembre prochain, le match retour s'annonce tendu au Groupama Stadium…

Ça a chauffé dans la surface de Lopes

Enfant dans les bras, un supporter d'Everton veut en découdre…

Qu'avez-vous pensé de ces incidents ? Comprenez-vous les accusations de Koeman ? N'hésitez pas à réagir dans la rubrique «commentaires» ci-dessous…

Par Romain Lantheaume, le 20/10/2017 à 10h21