le 03/11/2017 à 16h53

Arsenal : passé proche de l'amputation, Cazorla raconte son calvaire

Cazorla n'a plus joué depuis octobre 2016
Eloigné des terrains depuis plus d'un an, Santi Cazorla est un miraculé. Annoncé presque perdu pour le football suite à une infection, le milieu de terrain d'Arsenal a vécu un enfer pour aujourd'hui être proche d'un retour à la compétition.

Elément essentiel d'Arsenal durant de nombreuses saisons, Santi Cazorla n'a plus foulé un terrain depuis octobre 2016. La faute à une blessure à la cheville au départ anodine qui aurait pu avoir des conséquences très, très graves pour le milieu de terrain espagnol. Dans un entretien accordé à Marca, le Gunner raconte l'enfer vécu ces dernières années.

Une blessure qui tourne mal

Tout a commencé avec cette blessure à une cheville en 2013 lors d'un match de l'Espagne contre le Chili. Mal soigné, l'Espagnol doit jouer sous infiltration et se blesse au genou gauche en novembre 2015. Après cinq mois d'absence, il retrouve la compétition mais souffre énormément. «Quand j'étais chaud, ça allait. Mais après les mi-temps, dès que je m'étais refroidi, j'en avais les larmes aux yeux» , confie Cazorla.

Le natif de Llanera rechute et doit se faire opérer en décembre 2016 du tendon plantaire de la cheville droite. Verdict annoncé : trois mois d'absence. Sauf que la blessure cicatrise mal et s'infecte, l'obligeant à se faire opérer huit fois. A l'époque, les médecins anglais le croyaient perdu pour le football. «Le médecin m'a dit que si je parvenais à marcher dans le jardin avec mon fils, je devais déjà m'estimer heureux» , raconte le Gunner.

Il lui manquait huit centimètres de tissu

Cazorla décide alors de consulter en Espagne. Le diagnostic fait froid dans le dos : «Il me manquait huit centimètres de tissu» . Pour éviter l'amputation, selon le docteur Mikel Sánchez, le joueur est contraint d'utiliser une partie de la peau de son avant-bras pour recoudre son pied. Aujourd'hui, on peut voir au niveau de son tendon d'Achille une partie d'un tatouage (le prénom de sa fille) présent sur son avant-bras.

Sur la bonne voie désormais, l'Espagnol de 32 ans poursuit sa convalescence et mise sur un retour en janvier prochain. «Je ne suis pas inscrit pour la première partie de saison, mais je compte bien revenir en janvier et rejouer» , assure-t-il. Il s'agirait d'une belle revanche après être passé si proche de la catastrophe.

Cazorla a utilisé la peau de son avant-bras pour recoudre son pied

Que vous inspire le calvaire de Cazorla ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 03/11/2017 à 16h53