le 01/12/2017 à 19h00

Coupe du monde 2018 : adversaires, calendrier, stades... Ce qui attend les Bleus en Russie

Les Bleus sont fixés pour le Mondial 2018
L'équipe de France connaît l'identité de ses trois premiers adversaires pour la Coupe du monde 2018 en Russie : Australie, Pérou et Danemark. Les Bleus sont également fixés sur le calendrier de leur été russe. Petit tour d'horizon du programme de la bande à Didier Deschamps.

C'est fait, l'équipe de France est désormais fixée sur ses adversaires pour la prochaine Coupe du monde en Russie. Et c'est peu de dire que le soulagement est au rendez-vous puisque les Bleus affronteront le Pérou, le Danemark et l'Australie dans le groupe C. S'il faudra bien évidemment jouer et gagner ces matchs pour se qualifier, cela aurait pu être bien pire pour les hommes de Didier Deschamps.

Entrée en lice contre l'Australie le 16 juin

Les Français disputeront leur premier match le samedi 16 juin, à 12h, contre l'Australie à la Kazan Arena, une belle enceinte de 45 000 places où évolue le Rubin Kazan. Pour cette entrée en lice dans la compétition, les Bleus devront se rendre à environ 800 km de leur camp de base d'Istra, près de Moscou.

La dernière rencontre entre les deux nations remonte au 11 octobre 2013 avec une large victoire française (6-0). 43es au classement FIFA, les Australiens ont dû passer par les barrages pour se qualifier. D'abord contre la Syrie (1-1, 2-1 ap) lors du barrage de la zone Asie, puis contre le Honduras (0-0, 3-1) à l'occasion du barrage intercontinental.

La Kazan Arena

Un long voyage pour affronter l'inconnu péruvien

Il faudra aller encore plus loin, à près de 1600 km, pour le deuxième match contre le Pérou à Iekateringbourg, le jeudi 21 juin, à 14h. Le match se déroulera à la Iekaterinbourg Arena du FC Oural, d'une capacité de 35 000 places. 6es des éliminatoires de la zone Amsud, les Péruviens ont battu la Nouvelle-Zélande (0-0, 2-0) en barrage. Méfiance tout de même avec une équipe classée 10e au classement FIFA.

Pour retrouver trace du dernier match entre la France et le Pérou, il faut remonter très loin en arrière, le 28 avril 1982, avec une victoire 1-0 des Français en amical. Pour l'anecdote, lors de chacune de ses quatre participations à la Coupe du monde, la Blanquirroja a joué contre le futur vainqueur : l'Uruguay en 1930, le Brésil en 1970, l'Argentine en 1978 et l'Italie en 1982. Peut-être un bon signe pour la France...

La Iekaterinbourg Arena et ses tribunes en dehors du stade

La France retrouve le Danemark

Enfin, le dernier match contre le Danemark se déroulera au Stade Loujniki de Moscou, le mardi 26 juin, à 16h. Une enceinte de 80 000 places qui accueille les matchs de l'équipe nationale russe. Comme les deux autres adversaires de la France, les Danois ont également dû passer par les barrages contre l'Irlande (0-0, 5-1). Le dernier match entre les deux nations avait offert une victoire française (2-1) en amical le 11 octobre 2015.

Il s'agira de leur troisième confrontation en phase de groupes d'un Mondial. Avec des souvenirs mitigés puisque les Bleus l'avaient emporté sur la bande à Peter Schmeichel (2-1) en 1998, avant de filer vers le sacre mondial, mais s'étaient inclinés en 2002 contre les coéquipiers Jon Dahl Tomasson (0-2) lors d'une rencontre qui validait l'élimination dès le 1er tour en Corée du Sud et l'échec d'une des plus belles générations du football français.

Le Stade Loujniki

Quels adversaires potentiels en 8es ?

Avec le calendrier du Mondial, on sait déjà quels sont les potentiels adversaires de la France en cas de qualification en huitièmes de finale. S'ils passent ce premier tour, les Français affronteront une des quatre formations du groupe D, composé de l'Argentine, de la Croatie, de l'Islande et du Nigeria. Pas simple ! En quarts de finale, les Bleus pourraient croiser l'Uruguay, la Russie, le Portugal ou encore l'Espagne par exemple.

Le calendrier des Bleus et du groupe C

Pour vous, les Bleus vont-ils se qualifier ? Si oui, facilement ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 01/12/2017 à 19h00