le 14/12/2017 à 09h08

OM : face à un arbitrage polémique, le club phocéen réclame des explications !

Jacques-Henri Eyraud était furieux...
Éliminé de la Coupe de la Ligue par Rennes (2-2, 3-4 t.a.b.), l'Olympique de Marseille a déploré les erreurs arbitrales sur cette partie. Outre un but injustement refusé à Kostas Mitroglou, le club phocéen s'interroge sur une réalisation fantôme qui a été validée puis annulée par Johan Hamel.

Une élimination avec un goût amer pour l'Olympique de Marseille. Lors des 8es de finale de la Coupe de la Ligue, le club phocéen a été sorti de cette compétition par Rennes (2-2, 3-4 t.a.b.) lors de la séance des tirs au but.

Mais sur cette rencontre, le club phocéen s'estime floué par les mauvaises décisions de l'arbitre Johan Hamel. Et on peut facilement comprendre la frustration des Marseillais...

R. Garcia - «éliminé d'un match gagné»

En seconde période, l'arbitre a enchaîné les erreurs, surtout en défaveur de l'OM. Outre un carton jaune immérité distribué à Jordan Amavi pour un tacle pourtant parfait, Hamel a refusé un but parfaitement valable à Kostas Mitroglou. Pour la défense de l'arbitre principal, cette erreur a été en réalité commise par son assistant, qui a signalé le Grec hors-jeu alors qu'il était couvert par Faitout Maouassa.

«On est éliminé d'un match qu'on a gagné pour moi. On a mis plus de buts que Rennes, on n'aurait jamais dû aller aux tirs au but. Moi je suis content de mon équipe, Mitroglou a mis deux buts (dont un refusé, ndlr), Germain un, c'est un bon match, on continue sur une série d'invincibilité», a lâché un Rudi Garcia amer devant les médias.

Un but fantôme qui déclenche la colère d'Eyraud !

Mais la principale polémique concerne un but fantôme accordé puis annulé à Benjamin André après l'heure de jeu. Sur un missile du capitaine breton, le ballon a heurté la barre avant de repartir plusieurs mètres plus loin... et pourtant Hamel a validé cette réalisation après l'intervention de son assistant pour la plus grande colère des Marseillais et notamment du président Jacques-Henri Eyraud dans les tribunes. Après un imbroglio de plusieurs minutes et sûrement une intervention vidéo, l'arbitre s'est finalement ravisé.

«Je vais enfreindre une règle de conduite que je m'étais appliquée : ne pas parler de l'arbitrage. Ce qui s'est passé ce soir mérite une introspection profonde des responsables de l'arbitrage français. D'abord sur le tir d'André, je vais demander que la direction de l'arbitrage partage les bandes sons du dialogue entre les arbitres pour comprendre comment ça a pu être validé», a déploré Eyraud.

Hamel tente de se défendre, mais...

De son côté, l'arbitre a tenté de se justifier comme il le pouvait. «On a fait notre réunion avec mes assistants, conformément au process. Je ne peux pas accorder un but si j'ai un doute. La distance entre le ballon et le but me semblait trop importante. Dans ces conditions, il était impossible d'accorder le but. Je suis resté sur ma première impression. Je n'ai pas accordé le but. C'était flagrant que le ballon n'était pas entré, c'est ce que j'ai dit à mes assistants», a assuré Hamel.

Un mensonge puisqu'il avait bien validé le but avant de revenir sur sa décision. Mais l'homme en noir ne peut pas admettre publiquement que la vidéo est intervenue... Ironie de l'actualité, le conseil de la LFP devrait voter ce jeudi l'intégration de l'assistance vidéo en Ligue 1 pour la saison prochaine. De quoi apaiser les Marseillais ? Pas sûr...

Le but fantôme de Benjamin André

Le but injustement refusé à Kostas Mitroglou

Que pensez-vous de cette nouvelle polémique ? Comprenez-vous la colère des Marseillais ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Damien Da Silva, le 14/12/2017 à 09h08

Ça a fait le BUZZ depuis 2 jours