le 08/02/2018 à 11h05

OM : des joueurs recalés à cause de leur entourage

Zubizarreta et Eyraud ont fixé les règles en matière de transferts.
Pour en finir avec les démêlés avec la justice, l'Olympique de Marseille s'est racheté une conduite depuis l'arrivée de Frank McCourt aux commandes. En matière de transferts, le club phocéen refuse désormais de discuter avec plusieurs agents. Et tant pis si cela empêche la venue de certains joueurs.

En rachetant l'Olympique de Marseille en 2016, Frank McCourt avait une priorité : ne plus voir le club phocéen mêler à des affaires extrasportives.

L'OM avait connu quelques heures sombres plusieurs mois auparavant avec l'audition d'anciens dirigeants et d'agents dans le cadre d'une affaire sur des transferts douteux et des liens avec certaines figures du banditisme local. Pour l'homme d'affaires américain, il était nécessaire de faire le ménage.

Une quinzaine d'agents indésirables

Les dirigeants marseillais, Jacques-Henri Eyraud en tête, se sont donc attelés à la tâche. Et cela a commencé par une nouvelle exigence en matière de transferts. «Je ne souhaite pas que l'OM soit sur le devant de la scène médiatique pour des procédures judiciaires, des suspicions. C'est à l'opposé de l'image qu'on veut véhiculer : un club professionnel, composé de gens professionnels» , explique le président marseillais dans Le Monde.

Ainsi, l'OM refuse désormais de négocier avec des intermédiaires douteux. Notamment «une quinzaine d'agents» devenus persona non grata à Marseille selon Eyraud. «On a érigé en principe le fait de dire non à un joueur parce que son entourage n'offre pas les conditions suffisantes sur le plan réglementaire» , explique le patron olympien. Et il ne s'agit pas que de mots.

Zubizarreta a refusé des joueurs

De ce fait, le directeur sportif Andoni Zubizarreta confie avoir abandonné plusieurs dossiers. «Je suis la seule porte d'entrée à l'OM» , prévient l'Espagnol, qui a refusé «un très bon arrière et deux ou trois autres joueurs» à cause de leur entourage. Aucun nom n'est cité mais il est clair que les dirigeants marseillais comptent respecter cette nouvelle éthique.

Le président Eyraud balaie également l'idée d'une préférence en matière d'agents. «Sur 37 mouvements effectués depuis notre arrivée, 34 agents différents ont été utilisés. De plus, une transaction réalisée sur deux n'a pas donné lieu à rémunération d'agents» , explique-t-il. L'OM s'est racheté une conduite, et les supporters marseillais ne s'en plaindront pas.

Que vous inspire cette nouvelle éthique à l'OM ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 08/02/2018 à 11h05