le 08/03/2018 à 09h30

PSG : après l'échec en C1, Tapie balance ses tacles et ses conseils !

Avec des changements, Tapie y croit pour le PSG.
Après l'élimination du Paris Saint-Germain face au Real Madrid lors des 8es de finale de la Ligue des Champions, des changements importants sont attendus au sein du club de la capitale française. Ancien président de l'Olympique de Marseille, Bernard Tapie a tapé du poing sur la table et a donné ses conseils pour l'avenir.

Le Paris Saint-Germain se prépare à connaître des changements importants. Après l'élimination connue face au Real Madrid (1-3, 1-2) en 8es de finale de la Ligue des Champions mardi, le club de la capitale française va forcément s'activer pour revoir son organisation.

Seul président à avoir remporté cette compétition avec un club français, l'Olympique de Marseille, en 1993, Bernard Tapie s'est confié ce jeudi dans les colonnes du quotidien L'Equipe. L'occasion pour lui d'analyser l'échec de l'actuel leader de la Ligue 1.

B. Tapie - «l'expérience ne s'achète pas»

Toujours aussi franc dans ses propos, l'homme d'affaires a donné, sans langue de bois, son avis sur le revers subi par le PSG. «L'expérience ne s'achète pas mais elle est indispensable. Comme on dit, c'est une bougie qui n'éclaire que ceux qui la possèdent. Pour finir par remporter la Ligue des Champions, il faut que, au sein du club, tous les acteurs possèdent cette expérience», a assuré Tapie.

Continuant sur le même ton, l'ex-boss de l'OM a déploré le manque d'un véritable homme fort parmi l'organigramme parisien pour tenir les joueurs, prenant bien évidemment l'exemple de l'expulsion de Marco Verratti. «La demande d'Henrique d'un arbitrage exceptionnel ? C'est un malade. C'est une connerie, d'un grotesque total. Ce qu'il aurait dû faire, c'est de la pédagogie. Il aurait dû attraper Verratti par les oreilles et lui dire qu'en Ligue des Champions, quand on se rue sur un arbitre, on est sûr qu'il ne va pas vous rater. En France, les Parisiens passent leur vie à se plaindre, c'est fou. Mardi, avant l'exclusion, tout n'est pas perdu. Son carton rouge a eu une incidence terrible», a-t-il fustigé.

Un grand entraîneur pour un avenir radieux

Cependant, Tapie n'est pas pessimiste pour l'avenir du PSG, bien au contraire. «Je suis optimiste pour la suite. Le PSG est au même stade que nous en 1991. J'avais commencé en 1986. J'ai fait une demi-finale de Ligue des Champions contre Benfica en 1990», a rappelé l'ancien patron du club phocéen. Cependant, pour imaginer pouvoir atteindre son but, Paris va devoir frapper fort, notamment pour son futur entraîneur. «Quand on voit les sommes dépensées, que le PSG prenne un grand, un balèze. Qui a marqué le football par son prestige. Il faut un entraîneur bon et respecté. Mais ça va de pair souvent», a-t-il estimé. Avec le départ quasiment assuré d'Unai Emery, en fin de contrat au terme de la saison, le nom d'Antonio Conte revient avec insistance pour lui succéder. Suffisant pour les ambitions de Paris ?

Que pensez-vous des propos de Bernard Tapie ? Le PSG doit-il réaliser une vraie révolution ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Damien Da Silva, le 08/03/2018 à 09h30

Ça a fait le BUZZ depuis 2 jours