le 08/01/2008 à 23h06

Le prince Bakar s'est lancé

Issu du centre de formation de l'AS Monaco, Djamel Bakar a tout simplement qualifié à lui seul son équipe dimanche soir à Brest lors des trente-deuxièmes de finale de la Coupe. Ce n'est certainement que le début du récit, mais l'histoire retiendra que le garçon aura lancé sa carrière un certain 6 janvier 2008, au stade Francis-Le Blé.

Il faut toujours savoir faire preuve d'un peu de mesure avec l'apparition d'un nouveau phénomène. En ces temps où les petits joyaux explosent à la face de la planète football en un rien de temps, arrivent quasiment au plus haut niveau international en un espace temps très réduit, à l'image des Barcelonais Messi, Bojan et Dos Santos ou bien sûr des Lyonnais Benzema et Ben Arfa... Que penser des débuts tonitruants du Monégasque Djamel Bakar ce week-end, auteur d'un triplé pour son premier match de Coupe de France à Brest (1-3 a.p.), littéralement sauveur de son équipe qu'il a extirpée d'un piège breton tendu à la perfection ? Faut-il croire en l'avènement d'une nouvelle star ou simplement voir en sa prestation une entrée en matière trop idyllique pour être vraie ?

Son entraîneur Ricardo semblerait pencher pour la première proposition. «On ne marque pas trois buts comme ça... Et lui, ça ne le dérange pas qu'on parle beaucoup de lui. Il a la tête sur les épaules, il est mature» , avance le coach monégasque. Sans compter que le technicien brésilien a clairement annoncé son envie de donner bien plus de temps de jeu à la jeune classe du centre de formation. Frédéric Piquionne aussi semble vouloir couver l'arrivée de son jeune coéquipier plutôt que de se montrer apeuré à l'idée d'une nouvelle concurrence, en comparant même le gamin à l'une des références internationales. «C'est un bon mec. Pour ses partenaires, c'est un régal, explique le Martiniquais. Il fait de bons appels, il est facile à trouver parce qu'il sait bien se placer. Il me fait penser à Samuel Eto'o (...) Il a été parfait» . Rien que ça !

Un Govou bis ?

Un danger rôde maintenant, celui de ce syndrome de la "grosse tête" que le joueur lui-même pense déjà à éviter. «Je dois continuer à travailler. Si je garde la tête sur les épaules, c'est grâce à ma famille (...) Mes parents ont su m'inculquer des valeurs d'humilité, de travail. Ils m'ont toujours dit de ne jamais oublier d'où je venais» , s'est ainsi exprimé la nouvelle coqueluche de la Principauté après son exploit de dimanche. Avant le récital de Brest, Djamel Bakar n'était qu'un jeune parmi tant d'autres, qui comptait seulement trois bouts de matches en pro, dont deux sous la houlette de Laurent Banide, qui l'avait lancé la saison dernière. Mais comme tous les talents prometteurs, Djamel écume déjà les pelouses en compagnie des équipes de France de jeunes et il est cette année l'un des fers de lance de l'équipe nationale des 19 ans, où il est titulaire en pointe.

Le cousin du rappeur marseillais Soprano a son destin en main. Le départ de Jan Koller entériné, une place se libère forcément au sein de l'attaque princière et le moins que l'on puisse dire, c'est que le Comorien d'origine s'est positionné d'emblée. Son triplé, sauvant son équipe des affres d'une élimination bien peu glorieuse, dans les ultimes minutes du temps réglementaire, rapelle l'avènement au plus haut niveau de Sidney Govou. Le Lyonnais s'était révélé auprès du grand public après un doublé face au Red Star (en huitièmes de finale lors de la saison 1999-2000) en Coupe de France, qui avait tiré d'affaire un OL dans de sales draps. On connait la suite... Bakar dispose donc d'un joli nombre de modèles à suivre, même si c'est son style propre qui l'imposera certainement, ainsi que l'affirme Dominique Bijotat, responsable de la formation monégasque : «Il ne faut pas se fier à son visage angélique. Il a beaucoup de caractère (...) Sa maîtrise technique et son explosivité lui permettent d'être forts dans les petits espaces. Son adresse et sa rapidité le rendent redoutable face au but» . Un joueur à suivre forcément de près, aux perspectives vivifiantes tant la Ligue 1 manque cruellement de cet état d'esprit offensif et décomplexé qu'affiche Djamel Bakar.


Nom : Djamel Bakar
Age : 18 ans
Taille : 1m71
Poids : 64 kg
Poste : Attaquant
Club : AS Monaco
3 matches de Ligue 1

Par Thomas Siniecki, le 08/01/2008 à 23h06