le 21/10/2009 à 09h39

Gonalons, le Gone pressé

Entré en jeu à Liverpool en remplacement de Cris, blessé, le milieu défensif Maxime Gonalons a rayonné à un poste inhabituel pour lui, sortant d'Anfield en héros grâce à son but égalisateur. Gros plan sur un joueur dont on devrait rapidement entendre reparler.

43e minute de jeu, mardi soir, Anfield Road : alors que Liverpool vient d'ouvrir la marque face à Lyon, Cris, victime d'un choc à la tête, est contraint de céder sa place. Sur le panneau du quatrième arbitre brille le numéro 41. Celui de Maxime Gonalons (20 ans, 3 matches de L1 cette saison). Passé professionnel cet été, le jeune milieu défensif, va devoir faire oublier le Brésilien et trouver rapidement ses marques aux côtés de Jérémy Toulalan, promu chef de défense. Pas facile pour un troisième match de C1, après deux entrées en jeu face à la Fiorentina et à Debrecen. Mais le pari de Claude Puel va vite s'avérer payant. Avec un travail défensif sans relâche et une belle qualité de relance (66% de passes réussies), le Gone se montre à la hauteur. Mieux, il devient le héros du soir en inscrivant d'un coup de tête opportuniste le but de l'égalisation lyonnaise.

«Pas donné à tout le monde»

Interrogé après la rencontre, Maxime Gonalons est revenu sur son exploit. «J'ai l'impression de vivre un rêve, a déclaré le jeune homme au micro de Canal +. Ce n'est pas donné à tout le monde de marquer à Anfield Road. C'est quelque chose que je ne vais pas oublier. C'est mon premier but avec les pros, je ne vais pas l'oublier.»

Un coup de maître qui en rappelle un autre, réussi fin 2007 en ces mêmes lieux, par un certain Mathieu Valbuena. Dans la foulée, le petit meneur de jeu s'était imposé comme titulaire à l'OM. Il est encore un peu tôt pour dire si Maxime Gonalons fera de même dans les semaines et les mois à venir. Mais le pur produit du centre de formation lyonnais a fait preuve d'une grande intelligence de jeu, dans sa coordination avec Jérémy Toulalan comme dans ses remontées de balle. Son secret ? Affaibli la saison dernière par une maladie, le jeune joueur dit avoir craint pour la suite de sa carrière. Ce qui ne tue pas rend plus fort, et Maxime Gonalons assure en tirer aujourd'hui une grande rage de vaincre. Les Reds l'ont constaté à leurs dépens mardi soir. Ils ne sont sans doute pas les derniers à le faire.

Par Patrick Juillard, le 21/10/2009 à 09h39