Taille de la police
Annuler Valider
<
le 06/11/2018 à 16h00

Manchester City : comment le club aurait contourné le fair-play financier

Manchester City : comment le club aurait contourné le fair-play financier
Le propriétaire de Manchester City, le cheikh Mansour.
Selon des documents Football Leaks, Manchester City aurait utilisé deux stratagèmes pour rester dans les clous du fair-play financier. Le propriétaire du club, le cheikh Mansour, aurait financé des sponsors du club et utilisé des sociétés écrans.

Le Paris Saint-Germain et l'AS Monaco ne sont pas les seuls clubs concernés par les nouvelles révélations des Football Leaks. Selon Mediapart, Manchester City aurait contourné le fair-play financier grâce à des sponsors payés par... le propriétaire du club, le cheikh d'Abu Dhabi, Mansour bin Zayed al-Nahyan.

Des contrats de sponsoring gonflés par le propriétaire

Le cheikh Mansour aurait versé de l'argent à plusieurs sponsors pour que ceux-ci l'injectent légalement dans les caisses du club. En résumé, Manchester City se serait autosponsorisé. Et grâce à des revenus de sponsoring augmentés directement par le propriétaire du club, City pouvait présenter des comptes en règle aux yeux du fair-play financier. Mais ce procédé n'est évidemment pas légal pour le FPF...

Par exemple, Manchester City avait perçu 140 millions d'euros de sponsoring via quatre entreprises émiraties en 2012. Sauf que le cheikh Mansour aurait sorti de sa poche 127,5 M€ ! En 2010, Manchester City avait bouclé un contrat de 15 M€ avec Aabar, une société d'investissement. En réalité, seuls 3 M€ proviendraient de ce sponsor, le reste étant «procuré par Son Altesse» d'après le président du conseil d'administration, Simon Pearce, cité par une source interne.

Des économies via des sociétés écrans

A la suite d'un audit de l'UEFA, qui révèle que les sponsors paient le double du montant évalué pour ces contrats, le club mancunien doit revoir ses contrats de sponsoring à la baisse et réduire ses dépenses afin de rester dans les clous du FPF. La parade s'appelle le «projet Longbow» , lancé en 2013, qui consistait à externaliser certains coûts afin de ne pas les faire apparaître dans les comptes du club. Toujours d'après Mediapart, l'objectif était d'économiser 60 M€ sur les contrats d'image, le staff technique, les recruteurs, ou encore le staff médical, via des sociétés écrans.

Et cacher certaines dépenses n'était pas nouveau pour City. L'hebdomadaire italien L'Espresso révèle qu'une part du salaire de Roberto Mancini, entraîneur de Manchester City entre 2009 et 2013, était facturée par des sociétés basées sur l'île Maurice au club d'Al Jazira, dont le cheikh Mansour est aussi le propriétaire. Des prestations de «conseils sur des questions relatives au football» réalisées par ces sociétés servaient de justification aux factures. Ainsi, City pouvait alléger sa masse salariale et rester artificiellement en conformité avec le fair-play financier.

Que vous inspirent ces nouvelles révélations ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...

Par Romain Rigaux, le 06/11/2018 à 16h00