Taille de la police
Annuler Valider
Paramètrages / Options
Annuler Valider
<
le 10/09/2019 à 10h32

Liverpool : les vérités de Fekir sur son transfert avorté en 2018

Liverpool : les vérités de Fekir sur son transfert avorté en 2018
Fekir a rejoint le Betis Séville cet été
Tout proche de rejoindre Liverpool en 2018, Nabil Fekir était finalement resté à Lyon. Transféré au Betis Séville cet été, le milieu offensif veut tourner la page et revient sur cet épisode compliqué.

Auteur de deux buts en trois matchs sous ses nouvelles couleurs du Betis Séville, Nabil Fekir (26 ans) retrouve des couleurs en Espagne après une dernière saison mitigée à l'Olympique Lyonnais. Les raisons de son exercice 2018-2019 moyen sont multiples, mais l'international français reconnaît avoir été touché par son transfert avorté à Liverpool, l'été précédent.

Fekir y pense encore

Dans un entretien accordé à L'Equipe, Fekir assure que cet épisode n'est pas la raison principale de «sa saison moyenne» , évoquant le manque de préparation après la Coupe du monde et la naissance de son deuxième enfant. «Il y a eu plein de choses» , glisse-t-il. Néanmoins, cet échec a forcément joué son rôle. «Après, oui, ça jouait forcément sur mon mental, sur moi. Même si c'était inconscient et que je me répétais que cela faisait partie du destin.»

«Aujourd'hui, ça m'arrive encore d'y penser» , concède le champion du monde 2018. Si la déception de ne pas avoir pu rejoindre le futur champion d'Europe est compréhensible, ce sont avant tout les conditions de ce transfert avorté qui lui restent en travers de la gorge. A l'époque, un problème lié à son genou avait été évoqué pour justifier la décision du club anglais.

Son genou «va très bien»

«J'ai fait une visite médicale à Clairefontaine, elle a glissé vite fait (rires) ! On ne m'a pas parlé une seule seconde de mon genou» , assure Fekir, qui balaie aussi le scénario d'une intervention de ses proches en évoquant «un mensonge» . Quelle est la vérité alors ? «Sachez que même moi, je ne la connais pas ! Je vous l'assure ! J'ai fait ma visite médicale et, derrière, ils ont décidé de ne pas me faire signer» , explique l'ancien Lyonnais.

«A un moment, ils ont voulu faire croire que c'était le genou. Mais il fallait bien une excuse et les tests médicaux passés à Clairefontaine étaient très clairs... Le genou, il va très bien et je me sens très bien» , affirme Fekir, qui regrette que cela ait pu le «griller auprès d'autres clubs qui étaient potentiellement intéressés» . Et s'il assure ne pas avoir «de rancoeur envers Liverpool» , le joueur formé à l'OL ne partage pas le même sentiment pour son ancien agent Jean-Pierre Bernès.

Fekir remonté contre Bernès

Séparé de Bernès depuis avril dernier, Fekir n'est pas loin de penser que celui-ci a fait capoter son transfert. «Peut-être... Après, comme je l'ai dit, c'est le destin. Mais quand, dans les négociations, tu n'es pas informé de tout ce qu'il se passe, ce n'est pas normal» , explique-t-il. De son côté, l'agent évoque deux raisons : «son genou» et «l'irruption d'un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu'on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature» .

Depuis la fin de leur collaboration, les deux hommes ont coupé tout contact. Et la rancoeur est palpable chez le joueur : «En fait, quand vous n'avez rien de bien à dire sur quelqu'un, ça ne sert à rien de parler. Sinon je vais dire des choses que je vais regretter.» Désormais en Espagne, Fekir peut se tourner vers de nouveaux objectifs et tourner définitivement la page.

Que vous inspirent les propos de Fekir ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire» …

Par Romain Rigaux, le 10/09/2019 à 10h32


Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
cliquez ici pour régler les paramètres et afficher ou masquer l'espace de commentaire