Taille de la police
Annuler Valider
Paramètrages / Options
Annuler Valider
<
le 21/05/2020 à 11h39

Mercato - OM : Villas-Boas ou Eyraud, qui va craquer le premier ?

Mercato - OM : Villas-Boas ou Eyraud, qui va craquer le premier ?
Villas-Boas campe sur ses positions à l'OM.
En froid avec Jacques-Henri Eyraud, André Villas-Boas n'exclut pas de quitter l'Olympique de Marseille dans les prochaines semaines. Mais il ne faudra pas compter sur le coach portugais pour démissionner. De son côté, le président Jacques-Henri Eyraud garde le cap.

Comment l'Olympique de Marseille a pu en arriver là ? Malgré une saison réussie sur le plan sportif, avec une 2e place en Ligue 1 qualificative pour la Ligue des Champions, le club phocéen se retrouve dans une situation très délicate.

En effet, le départ du directeur sportif, Andoni Zubizarreta, a mis le feu aux poudres, puisque c'est désormais André Villas-Boas qui menace de partir. Une sortie plus que probable qui n'est pourtant pas pour aujourd'hui.

Villas-Boas ne démissionnera pas

Ainsi, le coach portugais ne compte faire aucun cadeau à Jacques-Henri Eyraud. Ce n'est pas un secret, les relations entre les deux hommes sont glaciales, et elles ne devraient guère s'arranger à l'avenir. En accompagnant le directeur sportif espagnol vers la sortie, le président marseillais pensait très certainement pousser Villas-Boas à la démission, puisque ce dernier liait son avenir à celui de l'ancien gardien du FC Barcelone. Il n'en a rien été. Pour rattraper le coup, Eyraud a tenté une pirouette en proposant une prolongation, avec des modalités financières similaires, à son entraîneur. Sachant qu'il refuserait cette offre, JHE a voulu mettre l'ancien coach de Chelsea en porte-à-faux vis-à-vis des supporters marseillais.

De quoi agacer sérieusement Villas-Boas, qui s'est lancé dans une guerre des nerfs dont il souhaite sortir vainqueur. S'il a répété à de nombreuses reprises que l'argent n'était pas un problème, puisqu'il a récemment refusé une proposition lucrative de Newcastle, L'Equipe assure que le Lusitanien ne démissionnera définitivement pas. En effet, celui-ci désire obtenir des indemnités de départ, non pas pour lui, mais pour les six membres de son staff qu'il a amenés sur la Canebière au moment de sa signature, l'été dernier. Une position figée qui n'améliorera clairement pas les relations entre les deux hommes, bien décidés à ne rien lâcher.

Di Meco demande à Villas-Boas d'assumer

Reste désormais à savoir si cette tactique sera payante, pour l'un comme pour l'autre. Pour l'heure, difficile d'y voir clair. De son côté, Villas-Boas, qui est attendu pour la reprise, le 15 ou le 27 juin, espère obtenir gain de cause. Mais le temps pourrait jouer en sa défaveur. Étant sous contrat jusqu'en juin 2021, il devra forcément l'honorer, contre mauvaise fortune bon coeur, si la situation n'évolue pas à court terme. Une partie de poker menteur tout autant risquée pour Eyraud. Et pour cause, le président va devoir parer à toute éventualité en dénichant dès maintenant un possible successeur si lui ou AVB venait à craquer, sous peine de mettre le club en très mauvaise posture à l'aube de la prochaine saison.

S'il n'épargne pas Eyraud, Éric Di Meco ne comprend pas non plus Villas-Boas. «Bielsa, même s'il m'a énervé à partir en nous laissant dans la panade, à un moment donné, c'était merci messieurs, je pars avec zéro. J'ai été éphémère directeur sportif du club, j'avais fait venir Abel Braga. Quand j'ai été lourdé, il a proposé de partir sans rien demander car il était venu pour moi. Ils lui ont demandé de tenir un mois jusqu'à la trêve et il est parti. Il a pris zéro. A un moment donné, quand tu fais le ronflant, il faut aller au bout» , a soutenu l'ancien joueur de l'OM pour RMC. Qui sortira vainqueur de cette guerre ? Réponse prochainement... ou pas.

Villas-Boas ou Eyraud, qui va craquer le premier ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire» …

Par Youcef Touaitia, le 21/05/2020 à 11h39


Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
cliquez ici pour régler les paramètres et afficher ou masquer l'espace de commentaire