Taille de la police
Annuler Valider
Paramètrages / Options
Annuler Valider
<
le 23/11/2021 à 17h05

OL-OM : la sanction contre l'auteur du jet de bouteille sur Payet est tombée !

OL-OM : la sanction contre l'auteur du jet de bouteille sur Payet est tombée !
Payet a été touché par une bouteille lors de OL-OM
L'auteur du jet de bouteille sur Dimitri Payet lors du match OL-OM, interrompu après seulement 5 minutes de jeu, a été condamné ce mardi à six mois de prison avec sursis et à cinq ans d'interdiction de stade.

Deux jours après l'incident qui a provoqué l'interruption définitive du match OL-OM, dimanche au Groupama Stadium, l'auteur du jet de bouteille d'eau qui a touché Dimitri Payet à la tête a été condamné en première instance à six mois de prison avec sursis probatoire (de deux ans) et à cinq ans d'interdiction de stade par le tribunal correctionnel de Lyon.

Le procureur avait requis six mois de prison ferme ainsi que cinq ans d'interdiction de stade. «Ce geste est un acte de violence intentionnelle, la vidéo le montre, avait expliqué le procureur lors de l'audience dans des propos rapportés par RMC. Ce monsieur va regarder autour de lui, mettre sa capuche et dissimuler son visage, il va regarder à droite et à gauche, il arme son bras et lance la bouteille. On a la préparation du geste avec un jet tendu d'une force exceptionnelle car la bouteille explose. En aval, vous avez ce sentiment de satisfaction avec cette accolade comme si la mission était réussie.»

Les excuses du supporter

Face à la présidente du tribunal, le prévenu a rappelé qu'il regrettait son geste et assuré qu'il ne souhaitait pas viser Payet : «Je visais autour de lui, je ne voulais pas le toucher.» Il a également tenu à présenter ses excuses au milieu offensif de l'OM. «Je veux m'excuser auprès de Payet, de l'OL. Cela fait 20 ans que je vais voir des matchs. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans ma tête» , a-t-il déclaré pour se défendre, justifiant ensuite son geste par «la folie du moment» .

En face, l'avocat de Payet a considéré, à la vue des images présentées dans ce dossier, que l'acte était volontaire et condamné un «geste dramatique» . «J'espère que vous allez réfléchir à votre acte, vous avez visé un individu gratuitement… Le préjudice moral de Dimitri Payet existe. Il a désormais une crainte. C'est scandaleux» , a déclaré le conseil du Réunionnais, qui a confié lundi à la police avoir «maintenant peur d'effectuer des corners» lors des matchs à l'extérieur.

«Cela peut tuer»

L'avocat de la LFP, qui s'est constituée partie civile dans ce dossier, avait déploré la «recrudescence des actes délictueux après le Covid» . Avant de s'attaquer au supporter lyonnais : «Il (le lanceur) est au milieu de 5000 personnes dans son bloc, face à un joueur vulnérable, concentré sur son geste. C'est un demi-kilo qui lui arrive sur la tête. Cela peut tuer. Ce n'est pas aller trop loin que de dire cela.»

«Il faut protéger les acteurs. Si on continue, un acteur va se retrouver, à terme, dans un état grave sur un autre incident» , avait poursuivi l'avocat de la Ligue. «Le risque zéro n'existe pas mais la tolérance zéro s'impose. Stop à la violence. Les faits sont graves, les conséquences sont graves pour le joueur, tous les acteurs et l'image du sport» , a ensuite déclaré le procureur.

L'avocat du supporter est «satisfait»

Le supporter lyonnais échappe donc à la prison ferme. Il devra par ailleurs verser un euro symbolique à Payet, à l'Olympique de Marseille et à la Ligue de football professionnel (LFP) au titre des préjudices causés. «C'est une décision qui me satisfait, a déclaré son avocat dans des propos recueillis par RMC après l'annonce du verdict. Du moment où une personne ressort libre du tribunal alors que de la prison ferme avait été demandée, je suis satisfait. La peine requise était incompréhensible, disproportionnée

«L'interdiction de stade est légitime, il a eu un comportement antisportif, qu'il faut bannir des stades, a-t-il poursuivi. Il le savait, il l'accepte. Il a fait 20 ans de stade, il attendra cinq ans pour retourner au Groupama Stadium. Quand on fait quelque chose de grave dans un stade, on n'y a plus sa place.» Rendez-vous désormais le 8 décembre pour connaître les décisions sportives de la Commission de discipline de la LFP dans ce dossier.

Que pensez-vous de cette sanction ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans la zone «Ajouter un commentaire» …

Par Romain Rigaux, le 23/11/2021 à 17h05

Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
cliquez ici pour afficher les
commentaires disqUS