Taille de la police
Annuler Valider
Paramètrages / Options
Annuler Valider
<
le 14/01/2004 à 00h56

L'art du football

Le foot et l’art sont-ils conciliables ? Bien des amateurs du sport le plus populaire au monde pensent que non. Mais un artiste liégeois, Vincent Solheid, est convaincu du contraire. Il veut décorer trois des quatre tribunes du Standard de Liège. Pour en savoir plus, je suis allé à sa rencontre. A la fin de cet article, vous retrouverez les nouvelles du mercato.

Vincent Solheid est artiste peintre, aime le football et est un grand supporter du Standard de Liège. Depuis un match contre Beveren en 1978, il a le cœur rouge et blanc. Il a aussi joué au football dans le club de son village, Xhoffraix dans l’est de la Belgique. En équipe première à 16 ans, il jouait régulièrement mais a arrêté assez vite suite à la découverte des charmes de la vie. En proposant son projet au Standard de Liège, Vincent Solheid a voulu allier son métier de peintre et sa passion du foot. En 1999, il a réalisé une grande fresque dans un quartier de Liège. C’était l’idée de l’art en ville. L’artiste voulait amener les gens vers la culture. Pour lui, la suite logique était d’allier l’art avec le sport le plus populaire, le football.

Par l’intermédiaire de Robert Waseige, ex-entraîneur du Standard de Liège et de l’équipe nationale belge, Vincent Solheid a proposé son projet à Lucien D’Onofrio, l’éminence grise du club. Celui-ci l’a rapidement accepté. Mais pendant quelques temps, le projet est resté en stand-by, le précédent directeur général freinant des quatre fers. Puis Pierre François est devenu directeur général du Standard de Liège et le projet a été relancé. Depuis lors, le projet avance rapidement et devient une réalité jour après jour. Vincent Solheid a fait le tour des clubs de supporters pour les convaincre. Il a dû surtout prouver qu’il était un vrai rouge et blanc. Pour cela, il leur a montré son album avec des photos dédicacées de Sigurvinsson, Renquin et bien d’autres. Ce parcours du combattant lui a permis l’adhésion de tous à un projet dont il voulait qu’il soit porté par tout le monde, du supporter au mécène. Cela lui a donné une crédibilité.

Une ancienne gloire et des carrelages personnalisés

Sur l’une des colonnes de la tribune 1 apparaîtra le visage d’une des légendes du Standard de Liège, Roger Claessen. Celui-ci, plus de vingt ans après sa mort, est resté dans le cœur des supporters. Il représentait ce qui a fait la gloire du Standard de Liège : la combativité et la générosité. D’ailleurs, c’est un vote des supporters qui l’a désigné, Roger Claessen est arrivé loin devant Eric Gerets et Michel Preud’homme. C’était une des volontés de Vincent Solheid de faire voter les supporters pour la décoration de cette colonne. Une autre volonté de l’artiste est de permettre à tout un chacun d’apporter sa petite pierre. Une colonne de la tribune 1 sera composée de carrelages personnalisés. L’idée est venue à Vincent Solheid en allant à Eurodisney avec sa fille. Dans une allée du parc d’attractions, on peut acheter un pavé que l’on personnalise. C’est aussi une référence à Hollywood où les stars ont leur étoile. En tout, 7500 carrelages seront posés pour symboliser «l’âme rouge» . Tout qui veut peut l’acheter pour vingt euros et le personnaliser avec son nom ou un dessin de son choix. En tribune 3, antre des Ultras, ce sont des graffs qui décoreront la tribune. Un S et un L sortant tous deux des flammes de l’enfer seront peints. Pour l’artiste, l’art urbain correspond à l’ambiance de cette tribune. Celle-ci est occupée par les plus chauds partisans du Standard de Liège. La tribune 4, seule visible du dehors et tribune réservée aux supporters visiteurs, verra appliquer sur ses colonnes le mot fair-play et sa définition. Le message se veut plus universel.

Une fête en rouge et blanc

A la fin de ce championnat, Vincent Solheid entamera les travaux en tribune 1 et 3. En tribune 1, il travaillera sur deux des quatre colonnes : celles où apparaîtront la légende et l’âme rouge. En tribune 3, les graffs seront peints. Ces premiers travaux seront finis pour le début du championnat 2004-05. La deuxième phase débutera en mai 2005 et l’inauguration officielle sera pour août 2005. Mais une fête est déjà prévue cette année. Et Vincent Solheid compte inviter les managers ou entraîneurs des grands clubs jouant en rouge et blanc notamment Gérard Houllier (Liverpool) et Didier Deschamps (Monaco).

Ce projet original dans le monde du football est une première mondiale. Jamais des peintures d’une aussi grande surface (2500 mètres carrés !) n’ont décoré un stade de football. En tous cas, ce sera la plus grande peinture monumentale en Belgique. Pour Vincent Solheid, c’est une fierté que cela se passe au sein du club de son cœur et dans la ville où il vit, Liège.

Le mercato

L’Ivoirien Gilles Yapi Yapo (Beveren) part au FC Nantes, il a signé pour trois saisons et demi. Victor Ikpeba (ex-Monaco) retrouve la Belgique après un long parcours à l’étranger, il jouera à Charleroi, actuelle lanterne rouge du championnat. Le Brésilien Wamberto (Ajax Amsterdam/D1 Pays-Bas) revient lui aussi en Belgique, il est transféré à Mons. Il jouera avec le Finlandais Jary Niemi transféré ce lundi matin de son pays. Aleksandar Ilic (Anderlecht) tente sa chance aux Pays-Bas plus exactement à Vitesse Arnhem (D1).

Mbo Mpenza (Mouscron) reste dans son club jusqu’à la fin de la saison. Anderlecht et surtout le FC Bruges voulaient le transférer. Mais la somme demandée par Mouscron et le joueur ont été jugés excessifs par les deux clubs. Ibrahima Faye (La Gantoise) irait soit au FC Metz soit au Stade Rennais. Strasbourg pourrait louer pour six mois Didier Zokora (RC Genk). Son coéquipier Marco Ingrao pourrait être loué par Brescia (D1 Italie). Pascal Renier (ex-Troyes) est actuellement en test à Westerlo.

Même si le mercato est ouvert jusqu’au 31 janvier, il semble qu’il n’y aura plus beaucoup de transactions. En effet, le championnat de Belgique recommence vendredi. Peu de clubs vont prendre le risque de transférer alors que la compétition reprend déjà et qu’il faut huit jours à un joueur pour être qualifié

Par Michel Decoux, le 14/01/2004 à 00h56

Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.
cliquez ici pour régler les paramètres et afficher ou masquer l'espace de commentaire